La Suisse tient à son absinthe

La Suisse a décidé de protéger son absinthe, une appellation qui ne sera autorisée dans le pays que pour une eau-de-vie fabriquée sur place dans une certaine région, tout comme la France le fait pour son champagne.[AFP] La Suisse a décidé de protéger son absinthe, une appellation qui ne sera autorisée dans le pays que pour une eau-de-vie fabriquée sur place dans une certaine région, tout comme la France le fait pour son champagne.[AFP]

La Suisse a décidé de protéger son absinthe, une appellation qui ne sera autorisée dans le pays que pour une eau-de-vie fabriquée sur place dans une certaine région, tout comme la France le fait pour son champagne.

L'Office fédéral de l'Agriculture (OFAG) a en effet décidé jeudi de donner une IGP (indication géographique protégée) aux eaux-de-vie Absinthe, la Fée verte et la Bleue, en dépit de la levée de boucliers des opposants à ce projet.

Concrètement, du fait de cette IGP, tout produit dénommé "absinthe", "Fée verte" ou "la Bleue" et distillé ailleurs que dans la région suisse du Val-de-Travers, est interdit de vente et d'importation en Suisse, voire en Europe.

Durant l'instruction du dossier, qui a pris presque 2 ans, la Suisse a "eu des oppositions de France, d'Autriche, des Etats-Unis, de Grande-Bretagne et d'Allemagne", a indiqué à l'AFP une porte-parole de l'Office.

Au total, quelque 42 oppositions ont été déposées, dont 20 venant de l'étranger.

Selon l'OFAG, la décision d'accorder une IGP se justifie par le fait que l'Absinthe est une eau-de-vie traditionnellement associée au Val-de-Travers, dans le canton de Neuchâtel, "une région ayant fait la réputation de ce produit".

Pour la Suisse, il n'est pas question d'accepter des produits portant la mention Absinthe et venant d'une autre région ou d'un autre pays, car "il n'est pas prouvé qu'il y ait une tradition" de fabrication d'absinthe dans ces régions.

Cette décision de l'OFAG peut être attaquée en justice devant le Tribunal administratif fédéral suisse dans un délai de 30 jours, et l'OFAG s'attend d'ores et déjà à des recours.

Côté suisse, l'association interprofessionnelle de l'absinthe s'est déclarée "très satisfaite". "On n'est pas encore arrivé au bout de la procédure", a cependant reconnu l'association, dont l'idéal absolu est d'arriver au même degré de protection du champagne ou du cognac français". "Là ce serait vraiment parfait", a indiqué à l'AFP Yves Kübler de l'association interprofessionnelle suisse de l'absinthe.

80% de l'absinthe produite en Suisse actuellement vient de la région du Val-de-Travers. En 2011, la Suisse a produit 65.000 litres d'absinthe. 10.300 litres ont été exportés. Pour satisfaire la consommation nationale, 45.000 litres ont aussi été importés.

Parmi les opposants à cette IPG, figure notamment la Fédération française des spiritueux (FFS), qui réunit la majorité des producteurs dont le groupe Pernod, leader du marché.

Casse-tête pour les fabricants étrangers

Du fait de cette décision suisse, les fabricants étrangers d'absinthe devraient trouver une nouvelle appellation à leur produit, ce qui pourrait entraîner des pertes de parts de marché.

La FFS, qui n'était pas joignable jeudi pour une réaction, estime notamment que le terme Absinthe n'appartient pas à la Suisse.

Pour les Français, la capitale historique de l'absinthe est Pontarlier (Doubs). On estime qu'il y a environ une quinzaine de producteurs d'absinthe en France, fabriquant 700.000 litres par an de ce breuvage dont de nombreux artistes et écrivains comme Baudelaire ou Van Gogh ont fait la réputation.

En France, elle est produite notamment dans les distilleries de Fougerolles (Haute-Saône), à Pontarlier (Doubs), à Saumur (Maine et Loire) et à Vichy (Allier)

Pour les Suisses, l'absinthe est née à la fin du 18e siècle dans le Val-de-Travers. Ce breuvage à la couleur verte, qui avait la réputation de rendre fou, a été prohibé dans le pays en 1910, suite à un tragédie : dans un accès de démence attribué à l'abstinthe, un homme avait tué sa femme et ses deux enfants dans le canton de Vaud.

La prohibition n'a été levée qu'en 2005. Pendant toute la prohibition, l'absinthe continuait cependant à être fabriquée dans de nombreuses distilleries clandestines.

En France, le dénomination absinthe a été à nouveau autorisée en 2010, après presque 100 ans d'interdiction, pour les mêmes raisons qu'en Suisse.

L'absinthe est aussi connue pour le rituel lié à sa préparation. Il faut verser l'absinthe pure dans un verre, sur lequel on place une cuillère ajourée, appelée pelle. Après avoir posé un sucre sur la pelle, on ajoute de l'eau glacée au goutte à goutte.

Pour produire de l'absinthe, qui se dilue comme le pastis dans de l'eau, il faut des graines d’anis et de fenouil, ainsi que le feuillage séché d'une herbe appelée la grande absinthe.

Vous aimerez aussi

Un coutelier guilloche le ressort d'un couteau, le 18 mai 2005 dans la coutellerie Fontenille-Pataud de Thiers.  [Martin Bureau / AFP/Archives]
Industrie Le village de Laguiole en appelle au président Hollande
Des habitants fuient leur quartier ravagé par les flammes le 13 avril 2014 à Valparaiso [Martin Bernetti / AFP]
chili La lutte continue contre l'incendie de Valparaiso
Lobby de l'hôtel Lutetia à Paris le 10 avril 2014 [Franck Fife / AFP]
Tourisme Le Lutetia ferme pour rénovation

Ailleurs sur le web

Derniers articles