Rio, capitale du cinéma pendant quinze jours

Des Brésiliens lors de la Fête de l'Indépendance, à Sao Paulo le 7 septembre 2011 [Yasuyoshi Chiba / AFP/Archives] Des Brésiliens lors de la Fête de l'Indépendance, à Sao Paulo le 7 septembre 2011 [Yasuyoshi Chiba / AFP/Archives]

Le festival de cinéma de Rio, qui s'ouvre le 27 septembre, présentera lors d'un marathon de quinze jours 400 films de soixante pays, avec le Portugal à l'honneur en cette Année du Portugal au Brésil, ont indiqué mardi les organisateurs.

Le public pourra assister à des films très attendus ou rares, ou encore participer à des débats en présence de personnalités du cinéma mondial comme l'acteur britannique Jeremy Irons ou les cinéastes américains Jonathan Dayton et Valerie Faris de "Little Miss Sunshine" (2006) et portugais Teresa Villaverde de "Os Mutantes" (1998) et Joao Pedro Rodrigues de "O Fantasma" (2000).

Quelque 300 producteurs, distributeurs et investisseurs étrangers seront présents dans le cadre du RioMarket, le plus grand marché audiovisuel d'Amérique latine, qui se tiendra parallèlement au festival.

"Ce festival veut consolider Rio comme principal pôle audiovisuel d'Amérique latine et mieux faire connaître le cinéma brésilien sur le marché international", a déclaré la directrice générale du festival, Ilda Santiago.

"Nous voulons des accords de co-production avec le Royaume Uni; nous avons déjà un projet de quatre ans avec le Royaume Uni jusqu'aux jeux Olympiques" de 2016 à Rio, a ajouté Mme Santiago, sans donner plus de détails.

En ouverture de cet événement, présenté comme la plus grande rencontre cinématographique d'Amérique latine, sera projeté un film brésilien inédit "Gonzaga-de pai para filho", de Breno Silveira qui raconte l'histoire de deux chanteurs-compositeurs à succès, Luiz Gonzaga (1912-89), le roi du "Baiao" - un rythme populaire du nord-est - et son fils, Gonzaguinha (1945-91), l'un de droite, l'autre de gauche.

Cette 24e édition, à l'instar des précédentes, ne décerne pas de palmarès et est financée en partie par la mairie de Rio qui a investi cinq millions de dollars dans ce festival depuis 2009.

L'accent a également été mis sur le social: des projections gratuites seront organisées dans des quartiers pauvres, dont la favela Complexo do Alemao, où des films pour enfants seront doublés en direct par des acteurs brésiliens.

Un film muet d'Alfred Hitchcock sera présenté le 4 octobre en plein air, sur la plage de Copacabana et l'orchestre symphonique brésilien y jouera la musique du film.

Vous aimerez aussi

Des camps de migrants vénézuéliens saccagés au Brésil
Réfugiés Des camps de migrants vénézuéliens saccagés au Brésil
Deux enfants vénézueliens dans un camp de réfugiés dans l'Etat de Roraima, au nord du Brésil. Le 3 mai 2018. [EVARISTO SA / AFP/Archives]
Amérique du Sud Crises au Venezuela et au Nicaragua : les tensions migratoires gagnent la région
Brésil A Rio, une exposition queer «interdite» rouvre ses portes

Ailleurs sur le web

Derniers articles