Le choix de BDSphère : des pierres contre des fusils

[Delphine Le Lay / Alexis Horellou / Delcourt]

Sur la base de nombreux témoignages recueillis auprès des protagonistes de l’époque, Delphine Le Lay et Alexis Horellou nous livrent une chronique du combat, finalement victorieux, mené à la fin des années soixante-dix par les habitants d’un petit village breton contre l’implantation d’une centrale nucléaire.

Baie d’Audierne, mai 1975. La population de la pointe du Raz a appris quelques mois plus tôt que le site de Plogoff a été retenu pour l’implantation d’une centrale nucléaire. Confrontée au choc pétrolier de 1973, la France s’est engagée en ce milieu des années soixante-dix dans un vaste programme de recours à l’énergie atomique. La surprise et l’incompréhension des habitants et des élus locaux va rapidement faire place à la contestation, puis à une résistance active à laquelle va prendre part toute la population de la pointe extrême de la Bretagne.

Des premiers stands d’information sur les marchés jusqu’à la grande manifestation de la Pentecôte 1980 qui rassemblera sur le site de la baie des Trépassés quelque 150 000 personnes venues de toute la France, en passant par les premiers barrages, l’enquête d’utilité publique sous haute protection policière et le procès des militants arrêtés lors des affrontements, les auteurs retracent six ans de lutte au plus près des évènements, respectant scrupuleusement la réalité historique.

En près de 200 pages, Plogoff reconstitue fidèlement cette grande mobilisation populaire contre le nucléaire, aux allures de combat de David contre Goliath. Face aux moyens colossaux déployés par EDF et l’Etat, les rudes habitants d’un petit village breton vont prouver que leur ténacité pouvait l’emporter, puisqu’au lendemain de son élection en mai 1981, le président François Mitterrand stoppera le projet comme il l’avait promis durant sa campagne.

A côté des grandes phases de la lutte, le récit s’attarde sur le quotidien de ces populations du bout de la terre qui n’étaient nullement préparées à ce qu’elles allaient vivre. On pénètre ainsi dans l’intimité de Marie, Yvette et Annie, ces femmes de marins qui joueront un rôle capital dans l’organisation de la résistance contre l’installation de la centrale nucléaire.

Le scénario, développé par Delphine Le Lay à partir d’une importante documentation, mais aussi de témoignages recueillis auprès des protagonistes de l’époque, est une véritable chronique au jour le jour de ce premier combat populaire contre le lobby nucléaire français.

La mer et les paysages côtiers de cette région particulièrement sauvage de la Bretagne occupent une place importante dans l’album. La sérénité qui s’en dégage contraste avec le fourmillement des ambiances de foule que le dessinateur Alexis Horellou sait parfaitement mettre en scène. Au point que le texte s’efface souvent devant les images.

Le silence, bien sûr, pour souligner la beauté du site grandiose de la pointe du Raz. Le silence, aussi, pour traduire le calme et la sérénité du petit village de Plogoff. Le silence, enfin, pour rendre plus forts et plus directs les cris de révolte des manifestants qui n’ont que des cailloux et des lance-pierres à opposer aux gendarmes mobiles armés de fusils et de grenades lacrymogènes, comme lors des heurts particulièrement violents du 29 février 1980, reconstitués au travers de six pages totalement muettes, mais vraiment éloquentes.

 

Plogoff, Delphine Le Lay et Alexis Horellou, Delcourt, 192 pages, 14,95 euros.

 

Retrouvez toutes les chroniques de BDSphère sur DirectMatin.fr

Vous aimerez aussi

Culture Goldfish : un manga attachant venu d’Allemagne
Noël 5 nouveaux albums des classiques de la BD à offrir pour Noël 2018
Noël Les 10 meilleurs mangas de 2018 à offrir pour Noël

Ailleurs sur le web

Derniers articles