Tuerie de l'école de Newtown : un roman pour panser les blessures

L'écrivain irlandais Colum McCann, le 15 mai 2013 à Paris [Kenzo Tribouillard / AFP] L'écrivain irlandais Colum McCann, le 15 mai 2013 à Paris [Kenzo Tribouillard / AFP]

Un roman de l'écrivain irlandais Colum McCann vient d'être choisi par l'école de Newtown, théâtre en décembre 2012 d'un massacre qui a plongé l'Amérique dans l'effroi, pour aider les élèves survivants à surmonter deuil et traumatisme.

Le 14 décembre 2012, en moins de vingt minutes, Adam Lanza avait tué vingt enfants et six adultes dans une école primaire d'un groupe scolaire, à Newtown, tranquille petite ville de Nouvelle-Angleterre: l'un des pires meurtres de masse commis aux Etats-Unis.

Le roman de Colum McCann, "Et que le vaste monde poursuive sa course folle" ("Let the Great World Spin"), publié en France chez Belfond, met en scène la traversée du funambule français Philippe Petit entre les tours jumelles du World Trade Center en 1974, plusieurs personnages emblématiques de la douleur et de la résilience dans la ville de New York, sur fond d'attentats du 11 septembre.

Oeuvre magistrale sur la fragilité du monde, le septième roman de l'auteur irlandais, installé à New York depuis une vingtaine d'années et qui y a vécu le 11-Septembre (son beau-père se trouvait au 59e étage de l'une des tours), avait été couronné par le National Book Award 2009 et le Prix du livre de l'année du magazine français Lire.

Le choix de son roman par l'équipe des enseignants et psychologues "a été sans doute l'un des plus grands honneurs de toute ma vie", a dit à l'AFP l'écrivain irlandais, de passage à Paris, à quelques mois de la parution en France de son nouveau roman "Transatlantic", qui sortira le 22 août chez Belfond.

Le livre doit paraître aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et en Irlande le 4 juin. L'auteur se rend à Belfast cette semaine pour le présenter.

"Nous avons donné près de 70 livres au groupe scolaire et j'ai rencontré quatre classes du lycée. Les plus petits ne pouvaient pas appréhender le roman. Plusieurs élèves avaient eu des jeunes frères ou soeurs tués dans la fusillade. Une des lycéennes était la baby-sitter d'une des victimes. C'était extrêmement émouvant", explique Colum McCann, racontant comment des chiens "thérapeutes" présents dans l'établissement aident aussi les élèves à dépasser leur traumatisme.

Vous aimerez aussi

Des conteneurs dans le port de Lianyungang, le 13 juillet 2018 en Chine [STR / AFP/Archives]
Économie Washington et Pékin s'embourbent dans la guerre commerciale
découverte Le rodéo à la conquête de la France
Etats-Unis Cour suprême : l'accusatrice du candidat de Donald Trump témoignera jeudi devant le Sénat

Ailleurs sur le web

Derniers articles