La réalisatrice de "Wadjda" veut tourner en Arabie saoudite

La réalisatrice saoudienne Haifaa Al-Mansour, le 15 mai 2013, à Cannes [Loic Venance / AFP/Archives] La réalisatrice saoudienne Haifaa Al-Mansour, le 15 mai 2013, à Cannes [Loic Venance / AFP/Archives]

Première femme réalisatrice d'Arabie saoudite, Haifaa Al-Mansour, auteur de l'émouvant film "Wadjda", compte bien tourner de nouveau dans son pays natal où le cinéma est pourtant interdit, a-t-elle confié à l'AFP, assurant que le royaume wahhabite devenait "plus tolérant".

"Je veux filmer de nouveau en Arabie Saoudite. Il y a tant d'histoires à raconter là-bas. Je voudrais aller dans ma ville natale et raconter les histoires de mes anciennes camarades de classe. C'est une formidable source d'inspiration", a-t-elle expliqué en marge du festival de Cannes, où elle a reçu le Prix France Culture Cinéma (catégorie révélation) pour "Wadjda".

Son premier long métrage, qui raconte les efforts d'une malicieuse fillette de douze ans pour s'offrir un vélo, pourtant réservé aux hommes, a été acclamé par la critique et a rencontré un beau succès en France depuis sa sortie en février.

Pas évident de tourner dans un pays où les salles de cinéma n'existent pas et les femmes sont absentes de l'espace public. A Riyad, Haifaa Al Mansour, 38 ans, a dû tourner dans une camionnette, à l'abri des regards, et diriger les acteurs à l'aide d'un talkie-walkie. Dans certains quartiers de la capitale, la population locale cherchait parfois à bloquer le tournage.

Mais la cinéaste, dont le film a été soutenu par le prince Al-Walid bin Talal, un membre progressiste de la famille royale, reste optimiste: "En Arabie saoudite, les gens sont plus tolérants, les choses sont en train de changer", assure-t-elle.

"ne jamais baisser les bras"

 
 

"Elle n'a aucun problème. Elle a gagné un prix d'interprétation à Dubaï. Elle m'appelle de temps en temps pour me dire +je passe à la télé!+, elle est devenue la star de son école", s'amuse-t-elle, faisant valoir que "le film était très intime, il n'était pas provoquant".

Formée à l'Université Américaine du Caire, puis à l'Université de Sydney où elle a décroché un master en cinéma, Haifaa Al Mansour "espère pousser d'autres réalisateurs et d'autres femmes en Arabie saoudite à croire en eux-mêmes, en leur capacité à changer leur quotidien".

"En tant que femme, il est parfois difficile de travailler en Arabie saoudite et dans le Moyen-Orient. Mais il est important de ne jamais baisser les bras", sourit la cinéaste, qui vit à Bahreïn avec son mari américain et ses enfants.

Vous aimerez aussi

Interview Philippe Lacheau : "On est une grande bande de potes"
ciné Need for Speed, vengeance sur la route
ciné Quand le mariage dynamite les préjugés

Ailleurs sur le web

Derniers articles