Le blues de Julie Maroh, l'auteur de la BD qui a inspiré la Palme d'or La Vie d'Adèle

Julie Maroh à Angoulême le 30 janvier 2011. Julie Maroh à Angoulême le 30 janvier 2011.[PIERRE ANDRIEU / AFP]

Julie Maroh, auteur de la BD "Le Bleu est une couleur chaude", dont la Palme d'or s'est inspirée, n'a pas été remerciée publiquement par le réalisateur de "La vie d'Adèle" Abdellatif Kechiche, mais "n'en garde pas d'amertume", dit-elle sur son blog.

C'est la première fois qu'un film adapté d'une bande dessinée reçoit la Palme d'or. Publié par Glénat, l'album a été primé en 2011 au Festival d'Angoulême.

Dans un texte intitulé "Le bleu d'Adèle", publié sur son blog "Les Coeurs exacerbés", Julie Maroh remercie "tous ceux qui se sont montrés étonnés, choqués, écoeurés que Kechiche n'ait pas eu un mot pour moi à la réception de cette Palme", dimanche soir.

"Je ne doute pas qu'il avait de bonnes raisons de ne pas le faire, tout comme il en avait certainement de ne pas me rendre visible sur le tapis rouge à Cannes, alors que j'avais traversé la France pour me joindre à eux, de ne pas me recevoir - même une heure - sur le tournage du film, de n'avoir délégué personne pour me tenir informée du déroulement de la prod' entre juin 2012 et avril 2013, ou pour n'avoir jamais répondu à mes messages depuis 2011...", écrit-elle.

Elle explique avoir rencontré Abdellatif Kechiche avant d'accepter de lui céder les droits d'adaptation, il y a plus de deux ans. "Je lui ai stipulé dès le départ que je ne voulais pas prendre part au projet, que c'était son film à lui", a-t-elle cependant ajouté.

Mais "je n'en garde pas d'amertume", assure-t-elle, saluant le film comme "un coup de maître". "Je ne vois pas le film comme une trahison (...) J'ai perdu le contrôle sur mon livre dès l'instant où je l'ai donné à lire".

Maintenant, "en tant que lesbienne... il me semble clair que c'est ce qu'il manquait sur le plateau : des lesbiennes", relève l'auteur qui s'est dite "mal à l'aise" face à "un étalage brutal et chirurgical" de sexe "dit lesbien qui tourne au +porn+".

Et Julie le reconnaît : "cette conclusion cannoise est évidemment magnifique, à couper le souffle. Je reste absolument comblée, ébahie".

Une belle histoire d'amour selon Spielberg

Quand le lesbianisme emballe Cannes

Vous aimerez aussi

Interview Philippe Lacheau : "On est une grande bande de potes"
ciné Need for Speed, vengeance sur la route
ciné Quand le mariage dynamite les préjugés

Ailleurs sur le web

Derniers articles