Bordeaux, capitale de la librairie, les 2 et 3 juin

La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, le 14 mai 2013 à Paris [Bertrand Langlois / AFP/Archives] La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, le 14 mai 2013 à Paris [Bertrand Langlois / AFP/Archives]

Quelque 700 libraires et professionnels du livre participeront les 2 et 3 juin à Bordeaux aux 2èmes Rencontres nationales de la librairie, un secteur en situation financière et économique critique, confronté à d'énormes mutations dues notamment à internet.

La ministre de la Culture Aurélie Filippetti, qui a présenté en mars au Salon du livre les premières mesures d'un plan en faveur des librairies indépendantes, devrait annoncer d'autres mesures lors de ces Rencontres, organisées par le Syndicat de la librairie française (SLF), et axées sur un thème crucial: "quelle économie pour quel métier ?".

Si la librairie représente l'une des branches du commerce de détail dont l'économie est la plus précaire, elle résiste néanmoins mieux que d'autres circuits physiques de vente de livres, notamment les grandes surfaces culturelles, souligne le SLF.

Avec un réseau de 2.500 à 3.000 points de vente, les librairies indépendantes représentent plus de 40% des ventes de livres au détail et entre 12.000 et 13.000 emplois.

Cependant, ce réseau fait face à de profondes mutations qui tiennent tant à l'érosion du marché du livre qu'aux évolutions des pratiques d'achat et de lecture et à l'essor d'internet, même si les librairies demeurent attractives pour un large public (convivialité, conseil, inscription forte dans la vie d'un quartier, animations...), assure le SLF.

Les librairies ont vendu en 2012 450 millions d'exemplaires sur l'ensemble du marché. Mais depuis trois ans les ventes baissent (-2% à 3% en valeur cumulée entre 2010 et 2012). Le recul est encore plus prononcé en volume (de -3% à -9%) et "le marché aurait décliné davantage sans le dynamisme des ventes en ligne", selon une étude Xerfi pour le SLF et le ministère de la Culture.

Selon l'institut GfK et le SLF, 37% des librairies font de la vente en ligne de livres papier.

La vente de livres en magasins spécialisés est l'un des secteurs les moins rentables du commerce de détail (résultat net de 0,6% pour l'ensemble de la branche), selon cette étude.

Et si la situation est critique, les librairies ont encore des cartes en mains.

Les Rencontres seront justement tournées vers les solutions et pratiques à développer ou à mettre en oeuvre pour construire la librairie de demain.

Beaucoup a déjà été fait entre libraires ou au sein des professions du livre: mise en place d'un observatoire économique, outils communautaires pour fidéliser les clients, renforcement des actions mutualisées entre libraires, livraisons accélérées pour contrer les multinationales d'internet, regroupement des libraires, applications sur smartphones...

À suivre aussi

Amélie Nothomb ne rate jamais une rentrée littéraire
Livres Patrick Modiano, Jo Nesbo, Amélie Nothomb, Laurent Binet... les livres les plus attendus de la rentrée littéraire
Woody Allen avec l'actrice Blake Lively à Cannes en 2016 [ALBERTO PIZZOLI / AFP/Archives]
Édition Woody Allen ne trouve pas preneur pour ses mémoires
Rallye Parcours, favoris, records… tout savoir sur le Dakar 2019

Ailleurs sur le web

Derniers articles