Une rétrospective Pissarro à Madrid

Une femme visite l'exposition conscarée à Pissarro au musée Thyssen-Bornemisza de Madrid, le 3 juin 2013 [Dominique Faget / AFP] Une femme visite l'exposition conscarée à Pissarro au musée Thyssen-Bornemisza de Madrid, le 3 juin 2013 [Dominique Faget / AFP]

Surnommé par Paul Cézanne le "premier impressionniste", le peintre français Camille Pissarro se dévoile au musée Thyssen-Bornemisza de Madrid, au fil d'une exposition de 79 tableaux prêtés par des musées et collectionneurs du monde entier.

A travers les scènes rurales baignées de lumière et les paysages d'Ile-de-France de la deuxième moitié du 19e siècle, l'exposition retrace le parcours de Pissarro à Louveciennes, Pontoise et Eragny, des villages verdoyants de la région parisienne où pointaient alors à peine quelques cheminées d'usine au-dessus des champs.

Né à Santo Tomas, aux Antilles, en 1830, "Pissarro a été, comme le disait Cézanne, le premier impressionniste", explique Guillermo Solana, directeur artistique du musée et commissaire de l'exposition.

Une homme visite l'exposition conscarée à Pissarro au musée Thyssen-Bornemisza de Madrid, le 3 juin 2013 [Dominique Faget / AFP]
Photo
ci-dessus
Une homme visite l'exposition conscarée à Pissarro au musée Thyssen-Bornemisza de Madrid, le 3 juin 2013
 

"De son vivant, il a été éclipsé par Claude Monet, qui était un peintre très brillant au succès commercial écrasant", ajoute le commissaire, soulignant que Pissarro, de dix ans son aîné, "est alors resté au second plan".

Pourtant, remarque Guillermo Solana, Pissarro "n'est pas seulement une sorte de père des impressionnistes mais aussi un génie novateur, un des pionniers de la peinture moderne au travers de la relation qu'il a eue avec Cézanne, Gauguin, Seurat et Signac, et même les conseils qu'il a donnés à Matisse", des peintres tous plus jeunes qui ont travaillé avec lui.

"La trace de Pissarro est présente chez chacun des grands fondateurs de la peinture moderne", souligne Guillermo Solana.

 
 

Parmi elles, le Bois de Marly (1871), la Côte des Boeufs (1877), prêté par la National Gallery de Londres, la Route d'Ennery près de Pontoise, de 1874, prêtée par le Musée d'Orsay de Paris, ou, dans les oeuvres plus tardives, la Maison de la Folie à Eragny, peinte en 1885.

Après la campagne, les dernières années de la vie de Pissarro seront davantage consacrées aux scènes de ville, dans les rues de Paris et de Londres notamment, avant cet autoportrait du peintre à la longue barbe blanche et aux fines lunettes sous un chapeau, réalisé à Paris en 1903, l'année de sa mort.

Vous aimerez aussi

Royaume-Uni Un tableau attribué à un maître britannique acheté 185.000 euros pourrait être un faux
Le nu à l'épreuve de Facebook
Culture Le nu à l'épreuve de Facebook
Exposition Peindre les courses : l'exposition hippique du domaine de Chantilly

Ailleurs sur le web

Derniers articles