Le Prince Charles, éternel héritier de la couronne

Le Prince Charles de Galles[CC/Peter Broster]

Le fils aîné de la reine Elizabeth II et du prince Philip, duc d’Edimbourg ne connaît évidemment pas la date à laquelle il pourra prétendre accéder au trône. Pendant ce temps, le Prince Charles s’occupe en multipliant visites à l’étranger et actions caritatives et environnementales.

 

Archives – Article publié le vendredi 14 novembre 2008

 

Le rêve de Buckingham Palace

L’héritier ne connaît pas la date à laquelle il pourra prétendre accéder au trône. Tandis que certains songent à prendre leur retraite, Charles Philip Arthur George Windsor, lui, attend patiemment de devenir roi. Il est héritier du trône depuis plus de 60 ans, ce qui constitue un record. Seul son ancêtre Guillaume IV a décroché la couronne britannique à plus de 64 ans, en 1830. «Il a toujours eu le même boulot : attendre que sa mère meure, a récemment écrit la journaliste Emma Soames, petite-fille de Winston Churchill, dans un article du Telegraph Magazine, (...) il est coincé dans un rôle d’attente».

L’enfant n’a que 4 ans quand sa mère Elizabeth est couronnée reine, en 1953, succédant à son père George VI. Investi officiellement prince de Galles en 1969, il est le premier membre de la monarchie britannique à rejoindre les bancs de l’école. Après avoir suivi un enseignement en Ecosse puis à Victoria, en Australie, Son Altesse royale continue ses études d’archéologie et d’histoire à l’université de Cambridge, avant d’intégrer la Royal Navy pour sa formation militaire. Malgré son jeune âge, le prince Charles sait qu’il est le premier dans l’ordre des successeurs potentiels pour l’accession au trône. Un dilemme cornélien pour le jeune homme. «Le moment où il deviendra roi sera aussi celui où sa mère mourra, donc c’est quelque chose qu’il veut sans vouloir», souligne Penny Junor, l’une des biographes du prince.

 

Un homme de cœur

«J’aurais pu rester assis à ne quasiment rien faire (...), il y aurait eu autant de gens pour dire quel idiot je suis. Je préfère donc être critiqué à faire quelque chose», précise d’un ton moqueur le prince à la BBC. En raison de l’âge de sa mère – Elizabeth II a 82 ans –, l’ex-mari de Lady Di assure ses «fonctions de représentation», en particulier lors de ses déplacements à l’étranger.

Il fréquente les soirées mondaines, côtoie le gotha et participe à la chasse à courre ou aux rencontres de polo. Le prince de Galles est connu pour ses nombreuses apparitions aux côtés de célébrités de la chanson, du cinéma et du petit écran, dont les tabloïds anglais sont friands. Une attitude peu protocolaire, parfois critiquée, l’opinion publique accusant parfois le prince Charles de ne pas être capable de succéder à sa mère.

Pourtant, cela ne l’empêche pas d’apporter son soutien à de nombreuses causes humanitaires et œuvres caritatives. «C’est une passion authentique», dit Penny Junor. En 1976, il crée sa première association, grâce à une solde estimée à 7400 livres sterling, soit plus de 9 000 euros, obtenue après son expérience à la Royal Navy. Baptisée Prince’s Trust, cette organisation non gouvernementale a pour principale vocation de soutenir les jeunes.

Le prince Charles a fondé au total une vingtaine d’associations, qui sont toutes contrôlées par la Prince’s Charities. Avec 100 millions de livres sterling récoltées chaque année, soit plus de 120 millions d’euros, cette dernière se classe en tête parmi les principales organisations caritatives.

 

Le Prince Charles en 2002 [CC/Karen Roe]

 

Son engagement pour l’écologie

Outre son combat pour aider les plus démunis, le prétendant à la couronne défend l’agriculture biologique alors que la Grande-Bretagne est lourdement touchée par la crise de la vache folle ou de la grippe aviaire. Luttant contre les organismes génétiquement modifiés (OGM), le prince de Galles développe dans les années 1990 sa propre marque de produits bio, Duchy Originals.

Pour rendre hommage à son rôle de fervent défenseur de l’environnement et de la sauvegarde de la planète, la prestigieuse université de Harvard lui décerne le prix mondial de l’écocitoyen. Son Aston Martin, vieille de 38 ans, roule à présent au bioéthanol afin de diminuer les émissions de gaz à effet de serre.  Il se bat aussi contre les travers de l’architecture moderne. Avec l’architecte Leon Krier, il a proposé l’idée d’une «cité verte» bâtie à Poundbury, dans le Dorchester. Depuis, Charles s’est attelé à un nouveau projet : protéger les forêts tropicales.

Le prince de Galles semble plus que jamais préoccupé par l’avenir de la planète. Certains le qualifient d’utopiste, d’autres voient en lui «un prince moderne et visionnaire». Auparavant critiqué pour ses frasques amoureuses, l’héritier semble à 60 ans davantage à l’écoute des préoccupations de son peuple. Malgré un règne qui sera probablement réduit à une peau de chagrin, le prince de Galles «n’est pas frustré», conclut la biographe Penny Junor.

 

Vidéo : le Prince Charles rape

 

 

Changement d’image

Selon Isabelle Rivère, journaliste spécialiste du gotha et auteur de «Camilla et Charles» (éd. J’ai lu), « l’image du prince Charles a profondément changé depuis que la presse n’évoque plus ses affaires de cœur. Sa cote de popularité est en hausse. Ses problèmes conjugaux ont longtemps occulté ses actions sur le plan humanitaire et environnemental. Enthousiaste, précurseur, le prince héritier déborde de projets. La monarchie doit évoluer. Charles est un être engagé, volontaire et mobilisateur. Il se bat au quotidien pour sensibiliser l’opinion publique sur la sauvegarde de la planète. Grâce à son association caritative Prince’s Trust, il est aussi parvenu à aider au total plus de 500 000 jeunes en difficulté.

A plus de 60 ans, le prince de Galles paraît plus serein. Je pense que son épouse Camilla l’a aidé à reprendre confiance en lui. Depuis qu’elle partage sa vie officiellement, Charles n’est plus mélancolique. Tous s’accordent à dire qu’elle exerce une excellente influence sur le prince. Cette femme était pourtant considérée par les Britanniques comme l’ennemie de Lady Di, princesse de cœur. Certains ont même pensé qu’elle était à l’origine du divorce entre la princesse et le prince de Galles. Pourtant, Camilla n’a jamais voulu la remplacer en tant que mère auprès des princes héritiers, William et Harry. Des rumeurs évoquent même le fait que le prince Charles mènerait un combat auprès des autorités politiques et religieuses pour que Camilla puisse prendre officiellement le titre de reine lors de son sacre. Le prince de Galles veut être roi ».

 

Vidéo : Prince Charles présente la météo

 

 

La fin de l’époque Elizabethaine

A la religion et à l’armée, le prince Charles préfère l’écologie, l’architecture et la défense des minorités. Avec lui, la monarchie devrait se révéler moins protocolaire, plus égalitaire, avec un roi plus proche de la population.

Depuis son divorce avec Lady Di, en 1996, le prince Charles «a restauré son image d’une manière remarquable (...). Il est plus populaire que jamais», sou- ligne sa biographe Penny Junor. S’il succède à sa mère, il devrait également céder une partie des attributs de la royauté, comme les châteaux et les nombreuses propriétés. Aujourd’hui, les bureaux du prince Charles situés au Saint James Palace demeurent moins luxueux que Buckingham Palace, résidence de la reine.

Peu à peu, l’héritier s’affirme et s’oppose au traditionalisme de sa mère. En décembre 2005, un quotidien britannique rapportait que le prince de Galles souhaiterait être appelé George VII et non Charles III quand il deviendrait roi. L’héritier à la couronne juge que ce prénom fait référence à des époques sanglantes de l’histoire de son pays. «Quand il sera roi, il devra faire preuve de beaucoup plus de retenue, nuance tout de même Penny Junor (...). Il croit sincèrement dans la monarchie constitutionnelle et ne veut rien faire qui puisse la mettre en péril

 

Le bébé royal s'appelle George Alexander Louis

Royal Baby : George, le choix de la tradition

Charles et Camilla en Australie : cricket et course hippique

Le bébé de Kate Middleton de A à Z

 

Vous aimerez aussi

Le duc de Cambridge, qui a suivi une formation militaire et passé sept ans au sein de l'armée, a rejoint le service de renseignement extérieur britannique pendant une semaine.
Royaume-Uni Le Prince William a travaillé avec les services secrets britanniques
Décès Le Comte de Paris Henri d'Orléans est mort
La candidate thaïlandaise au concours Miss Univers.
Justice Thaïlande : une youtubeuse poursuivie pour avoir critiqué une robe du concours de Miss Univers

Ailleurs sur le web

Derniers articles