Vanessa Caffin : "La mémoire me passionne"

Vanessa Caffin, auteure du thriller "Souviens-toi de demain" Vanessa Caffin, auteure du thriller "Souviens-toi de demain"[Calmann-Lévy]

Avec « Souviens-toi de demain », l’auteure Vanessa Caffin relate l’errance d’une femme devenue amnésique après une agression. Entre thriller haletant et expérience sensorielle tous azimuts, ce quatrième roman scrute le thème de la mémoire avec originalité.

 

Comment est né ce roman?

Le thème de la mémoire me passionne. C’est un peu le fil rouge de chacun de mes romans. C’est un ingrédient parfait pour le thriller. L’idée était d’écrire une histoire qui tournerait autour de la manipulation et de l’amnésie. Je trouvais passionnant de raconter comment une femme amnésique pouvait se retrouver complètement paranoïaque.

 

Quelles recherches avez-vous faites?

Avant de commencer à écrire, je voulais absolument savoir si le type d’amnésie que j’avais imaginé était possible. Je suis donc allée voir des neurologues et des psychiatres. Ces recherches m’ont bien pris six mois.

 

Comment organisez-vous les différentes étapes de l’élaboration de vos romans?

Je les mûris en amont. Pendant 6 à 10 mois, je prends des notes, je rencontre des gens, des spécialistes. Et dès que le plan est bien clair, je me mets à l’écriture. Cette phase dure 3 ou 4 mois. Ensuite je corrige. Ici, comme je parle d’amnésie, d’un cas clinique auquel s’ajoutent les rouages du thriller, il fallait que tout se tienne. Ce qui demande une précision d’horloger.

 

Il y a de nombreux passages qui racontent les sensations de l’héroïne.

Ca a été la partie la plus difficile à écrire. Il fallait réussir à se mettre dans la peau d’une femme qui peut penser mais qui ne peut pas se souvenir. Charlie ne peut plus se baser sur des expériences passées, des choses lues ou apprises. C’est comme si elle abordait la vie de façon instinctive, animale, primale.

 

Quelles ont été vos sources d’inspiration?

J’adore le film "Memento". Et je suis une grande fan de Dennis Lehane et de son livre "Shutter Island". Je voulais mêler ces deux univers : un thriller psychologique et un switch final.

 

Revendiquez-vous une part de ressemblance avec votre héroïne?

Pour le coup, c’est le roman dans lequel  il y a le moins de moi. C’est vraiment de la fiction. Je ne peux pas m’identifier à cette femme qui n’a plus d’entourage, d’environnement, de passé…

 

Votre héroïne a peur du jugement des autres. La réception de vos écrits vous importe-t-elle beaucoup?

Bien sûr… Sinon j’écrirai un journal intime. J’écris parce que j’ai envie de transmettre quelque chose, parce que j’adore raconter des histoires. Et si elles plaisent, c’est le bonheur absolu. A partir du moment où on prend le risque d’être publié et lu, on s’expose forcément à la critique. Que ce soit celle des médias ou des lecteurs. C’est normal et je sais bien qu’on ne peut pas faire l’unanimité.

 

Vos trois premiers romans ont plutôt été bien reçus…

J’écris parce que c’est viscéral. C’est ce que j’aime le plus au monde. Mais en même temps on cherche toujours une légitimité. On se demande si on a sa place, si on va intéresser les gens. Alors quand un de ses livres est bien reçu, on se dit que peut-être on a le droit d’écrire.

 

Quels sont vos projets ?

Je suis en train de finir l’écriture de mon prochain roman. Des producteurs ont manifesté leur intérêt pour « Souviens-toi de demain » et je suis sur un autre projet de long métrage avec un réalisateur. En parallèle, j’ai lancé une émission sur Yahoo.fr, « Pitch Elevator ». Ca se passe dans un ascenseur, au 34è étage du Hyatt Regency Paris Etoile. L’idée est de faire une interview un peu décalée, rigolote, d’une personnalité. L’émission commence à bien marcher.

« Souviens-toi de demain », de Vanessa Caffin, Editions Calmann-Lévy, 17,50 E.

 

Calmann-Lévy

Vous aimerez aussi

Interview David Diop : «C'est une grande joie pour moi d'avoir été élu par des lycéens»
Interview Karin Viard : «Le cinéma participe à éveiller les consciences»
Interview Christophe Michalak et Action contre la Faim s'engagent contre la faim comme arme de guerre

Ailleurs sur le web

Derniers articles