Les 10 inventions de Léonard de Vinci qui ont révolutionné l’histoire des techniques

Léonard de Vinci avait pour devise : « Obstination et rigueur ». [©ALAIN JOCARD / AFP]

Un maître de l’innovation. Architecte, ingénieur, peintre, inventeur visionnaire, anatomiste … De tous les artistes qui ont marqué la Renaissance, Léonard de Vinci (1452-1519) se distingue par son génie universel. Alors que l’année 2019 marque le 5e centenaire de sa mort, voici ses 10 inventions qui ont révolutionné l’histoire des techniques.

Le parachute

Alors qu’il est établi à Milan, à la cour de Ludovico il Moro, Léonard de Vinci est le premier à avoir conçu scientifiquement un projet de parachute à l’usage de l’homme. Entre 1485 et  1502, il a imaginé un parachute pyramidal d'environ 7 mètres de côté et de hauteur, dont la voile est maintenue ouverte par un cadre carré en bois.

Dans son carnet, il note qu’avec un tel dispositif tout le monde peut sauter d'une hauteur quelconque sans danger. Et il avait raison. C’est seulement en 2008 que le parachutiste suisse Olivier Vietti-Teppa a pu sauter avec une réplique du parachute de Léonard de Vinci. Largué d'une altitude de 650 mètres, il a pu se poser sans difficulté.

Le char d’assaut

Quand on regarde la Joconde, on a du mal a imaginer que Leonard de Vinci a aussi imaginé des machines de guerres. Et pourtant, vers 1500, il se présente devant le Duc de Milan Ludovic Sforza - responsable de la défense de Milan contre les Français - avec le dessin d’une machine conique blindée, équipée d’armes et capable de se déplacer à 360 degrés.

La direction du véhicule devait être assurée par huit hommes, qui à l’intérieur du char actionneraient des manivelles pour alimenter les roues. Comme d’autres de ses inventions, cette machine n’a jamais été construite, mais Léonard de Vinci a été le précurseur du char moderne. Ce n’est que 400 ans plus tard, durant la première Guerre Mondiale, que le char blindé est devenu une véritable arme sur les champs de bataille.

l'automobile

«La Fiat de léonard de Vinci». Grand visionnaire, il n’est pas non plus passé à côté de cette invention qui a révolutionné les transports : l’automobile. Inventé vers 1478, son prototype de tricycle à ressort représente une structure carrée en bois et en métal, composé de deux gros tambours, qui assurent chacun la rotation d'une roue motrice.

Cette invention, dont il existe une maquette fonctionnelle depuis 2004, est considérée comme une des plus anciennes automobiles de l'histoire. Il s'agit d'une mécanique basée sur les principes de l'horlogerie. Léonard de Vinci l’avait créée afin de divertir les invités lors des fêtes données dans le Grand-Duché de Toscane.

le roulement à billes

Précurseur dans tous les domaines, lors de son séjour à Milan, il a également mis au point un objet mécanique dont le potentiel s’est révélé cinq siècles plus tard : le roulement à billes. Un objet capable de diminuer les frottements grâce à des billes libres.

Cette idée n’a pas dépassé le stade du schéma. Ce n’est qu’en 1907 que l’ingénieur suédois Sven Wingquist réussit à mettre au point un roulement robuste permettant d’améliorer les performances des machines textiles de son employeur.

le scaphandre

L'ancêtre du scaphandre à casque. Léonard de Vinci a été le premier à trouver un moyen de rester longtemps en apnée. Sur le papier, il a imaginé une combinaison de plongée équipée d'un masque, et qui, par le biais d'un tube venant de la surface, amènerait l'air au plongeur.

Mais cette technique était inutilisable puisqu’au-delà d’un mètre trente, le plongeur ne peut plus respirer. Il a oublié de prendre en compte un paramètre : la pression. Au-delà d’une certaine profondeur, bien que minimale, la cage thoracique humaine n’a pas la force de vaincre la pression exercée par l'eau.

l'ornithoptère

Après avoir étudié le vol des oiseaux, le mouvement des ailes de l’oiseau ainsi que la fonction et la position des plumes, Léonard de Vinci a tenté de reproduire ces mouvements de battements en mettant une machine activée par la force musculaire humaine : l'ornithoptère. (Le nom vient du grec «oiseau» et Ptéron «aile»).

Malheureusement, il n’a jamais réussi à faire voler sa machine car elle demandait trop de force physique et l’énergie musculaire humaine était insuffisante. Mais l’ornithoptère a ouvert la voie pour l'hélicoptère moderne.

La bicyclette

La plus ancienne représentation de la bicyclette est un croquis de 1493 de l’ingénieur florentin, illustrant un petit véhicule muni de deux roues. Cette réalisation est tirée d'un dessin qui aurait été découvert pendant les années 1960 en séparant deux feuillets du Codex Atlanticus qui avaient été collés.

Mais l'inventeur de l'ancêtre de la bicyclette moderne est le baron allemand Von Drais de Sauerbrun et l’a présenté à Paris au printemps 1818. Elle a été nommée « Draisienne » en l'honneur de son inventeur. Mais sa découverte est loin de la bicyclette moderne car elle n'a ni pédales et ni freins. Munie d’un guidon, d’une selle et de deux roues, il fallait avancer pour marcher.

les écuries automatiques

À la demande du duc Ludovic Sforza qui souhaitait rénover ses écuries, Leonard de Vinci a mis au point un projet d’écuries automatiques très sophistiqué. L’idée de l’architecte était d’automatiser l’ensemble de la structure afin qu’elle soit autogérée. Ainsi, le purin serait évacué tout seul grâce à des rigoles et des réseaux sous-terrain, et qui ferait decsndre le foin conservé à l’étage dans les mangeoires.

Les abreuvoirs seraient quant à eux irrigués grâce à des pompes à eau drainant une rivière. Ces immenses écuries devaient pouvoir accueillir 128 chevaux avec quatre rangées de 32 boxes.

le robot

Intitulé « Chevalier mécanique », son robot est un automate humanoïde conçu à l'occasion de festivités organisées en 1495 à la cour ducale de Milan par Ludovic Sforza. Revêtu d'une armure médiévale, il pouvait exécuter plusieurs types de mouvements comme se tenir debout, s'asseoir, bouger les bras, ouvrir et fermer la mâchoire et dont l'ensemble était actionné par un système de poulies et de câbles.

Grâce à un mécanisme de percussion placé en haut du torse, sa bouche émettait également des sons. Les proportions anatomiques de son Chevalier s'inspiraient de ses recherches relatives à l'Homme de Vitruve. Léonard de Vinci aurait également construit un lion mécanique, présenté à la cour de François Ier en 1515 pour amuser et impressionner le roi.

la calculatrice

Près de 1600 ans après les grecs, qui avaient créé le mécanisme d’Anticythère, un calculateur analogique, utilisé pour prédire les positions des astres et des éclipses, Léonard de Vinci propose un prototype de la calculatrice mécanique. Sa machine était dotée de 16 touches et de 10 dents à rouage.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles