Les 6 meilleurs mangas de mai 2019

[© CHI NO WADACHI ©2017 Shuzo OSHIMI / SHOGAKUKAN]

Une mère toxique, des astronautes en culotte-courte, un samurai high-tech, des racailles sentimentales, des stars communistes et des vampires studieux, c'est l'heure de notre sélection mensuelle des mangas à dévorer.

les liens du sang

illus_2web-2.jpg

CHI NO WADACHI ©2017 Shuzo OSHIMI / SHOGAKUKAN

Le jeune Seiichi admire sa mère Seiko. Celle qui a toujours été là pour lui, celle qui lui prépare ses petits plats préférés, celle qui l'écoute et le conseille, celle qui semble heureuse à ses côtés. De son regard posé sur une mère modèle, Seiichi va pourtant commencer à douter. Pourquoi sa génitrice, si prévenante et si douce, est-elle si protectrice ? Pourquoi le regarde-t-elle si fièrement ? L'empêchera-t-elle de grandir ?

Pourquoi il faut le lire :

Ne vous fiez pas à sa couverture très sage digne d'une image d'épinal, Les Liens du Sang est un véritable drame pour adulte. Après Les Fleurs du Mal (édité chez Ki-oon) et sa vision sadique de l'adolescence, Shuzo Oshimi explore ici l'instinct maternel d'une jeune femme au sourire étrange. Prête à tout pour son fils.

Sur chaque planche, l'auteur dépeint cette vie de prime abord parfaite, en y distillant une série d'indices dérangeants, laissant entendre qu'il y a quelque chose de pourri dans cette vie. Surtout, Shuzo Oshimi mise sur un encrage très léger, tirant en permanence sur les blancs. A l'inverse du noir et des nuances sombres, cette clareté a pour effet d'accentuer le malaise du lecteur, avant que ne se noue un drame familial dont on ne ressort pas indemne.

Les Liens du Sang, de Shuzo Oshimi, éd. Ki-oon, tome 1 disponible.

Astra Lost in space

couv_astra.jpg

Kanata no Astra © 2016 Kenta Shinohara/Shueisha Inc.

En 2063, les sorties scolaires n'ont plus rien à voir avec la visite du parc zoologique du département. Les élèves embarquent dans une navette, direction l'espace !

Et la mission des jeunes Kanata et Aries, accompagnés de leurs camarades de classe, les propulsera jusqu'à visiter une nouvelle planète, baptisée McPa. Problème, leur petite virée spatiale va les confronter à un étrange phénomène cosmique qui les renverra à plusieurs années lumières de leur point de rendez-vous.

Pourquoi il faut le lire :

Pensé d'abord pour les jeunes lecteurs (dès 11 ans), Astra Lost in Space est une agréable surprise à découvrir chez Nobi Nobi. Kenta Shinohara a imaginé un récit de science-fiction complet en 5 tomes, porté par un rythme haletant.

Les cases s'enchaînent et l'odyssée survivaliste de Kanata et sa clique reste particulièrement plaisante à suivre, avec un hommage à Star Trek assumé. Une bonne pioche que nous recommandons aux parents en quête de nouveautés intéressantes pour leurs enfants.

Astra Lost in Space, de Kenta Shinohara, éd. Nobi Nobi, tomes 1 et 2 disponibles.

Samurai 8

Enfant condamné à rester chez lui pour épargner son squelette trop fragile, Hachimaru s'évade grâce à la réalité virtuelle. Une technologie qui lui permet d'assouvir son rêve de liberté en incarnant un samuraï légendaire capable de sauver l'univers.

Sa vie bascule, le jour où il fait la connaissance de Daruma, un mystérieux chat humanoïde, lui-même samuraï de son état et chargé d'une mission de haute importance.

Pourquoi il faut le lire :

Attendu au tournant après le succès mondial de Naruto, Masashi Kishimoto reprend du service avec Samurai 8. Si l'auteur du légendaire ninja orange n'use pas sa plume sur les feuilles à dessin, le mangaka se glisse cette fois-ci derrière son clavier d'ordinateur afin d'imaginer le récit de ce nouveau shônen, mise en case par Akira Okubo. Un dessinateur qui n'en est pas à son coup d'essai, puisque celui-ci a été l'un des assistants les plus importants du maître pour Naruto.

Pas encore disponible en librairie, Samurai 8 l'est d'abord en simultrad, en direct du Japon par Kana. Sur son site internet dédié, l'éditeur publie les chapitres du manga, seulement 24 heures après leur parution au pays du Soleil-Levant. Un bon moyen de lutter contre le piratage.

Sur le fond, Samurai 8 démarre fort. Les planches s'enchaînent avec une bonne dose d'action, dans un univers où le Japon médiéval se mêle à un futur cyberpunk. Si le premier chapitre s'avère brouillon dans son déroulement, la faute à un trop plein d'informations contenues sur peu de planches, le deuxième rassure et laisse présager d'un récit doté d'un excellent potentiel. Une tournure qui devrait contenter les fans de Naruto de la première heure. Il faudra surtout suivre hebdomadairement ces aventures pour voir si Kishimoto saura brillamment dépasser son œuvre phare.

Samurai 8, de Masashi Kishimoto (scénario) et Akira Okubo (dessin), éd. Kana, disponible en simultrad en ligne.

Tokyo Revengers

capture_decran_2019-05-21_a_15.39.08.png

TOKYO REVENGERS © Ken Wakui /Kodansha Ltd.

Le jour où Takemichi, 26 ans, meurt dans le métro tokyoïte, il voit sa vie défiler devant ses yeux et retient particulièrement le décès de l'unique petite amie qu'il a aimé : Hinata. Une dernière vision qui va avoir des conséquences cosmiques, puisque son accident le propulse directement dans le passé, à l'âge de 14 ans. Un bond dans le temps qui lui remémore cette époque où il appartenait à une bande de jeunes voyous. Et si c'était pour lui l'occasion de prendre un nouveau départ, voire de changer ce futur tragique ?

Pourquoi il faut le lire :

De Racailles Blues à GTO, les mangas du genre furyo, mettant en scène des bandes de loubards japonais, ont toujours fasciné le public nippon, friand d'un univers violent et déviant, aux antipodes de leur société. En s'emparant de ce genre, Ken Wakui y ajoute une touche d'originalité, avec son voyage temporel et sa dose de thriller psychologique. Son dessin, impeccable et nerveux, apporte à Tokyo Revengers toute la stature d'une série au long cours, à la fois surprenante et attachante.

Tokyo Renvegers, de Ken Wakui, éd. Glénat, tome 1 disponible.

The Red Rat in Hollywood

red_hat_hollywood.jpg

AKAGARI THE RED RAT IN HOLLYWOOD 1 by Osamu YAMAMOTO ©2017 Osamu YAMAMOTO / All rights reserved. / Original Japanese edition published by SHOGAKUKAN.

A la sortie de la 2e Guerre Mondiale, les tensions entre les Etats-Unis et l'URSS sont à leur comble et la «peur rouge» s'installe sur le sol américain. A tel point que le gouvernement s'inquiète de l'intrusion de partisans communistes dans les différentes sphères de l'économie, jusque sur le grand écran. Les stars du cinéma sont alors victimes de cette fameuse chasse aux sorcières...

Pourquoi il faut le lire :

Avec The Red Rat in Hollywood, Osamu Yamamoto offre une plongée effrayante au cœur du Maccarthysme. Le mangaka donne à vivre la montée de la censure au cœur des studios de Los Angeles et le travaille d'intimidation mené par le FBI.

Surtout, le mangaka dépeint avec une tension palpable les retombées à la suite de l'affaire historique des «Dix d'Hollywood», où dix des plus influents réalisateurs, producteurs et scénaristes de la Cité des anges ont été condamnés pour outrage par le Congrès. Haletant et richement documenté, The Red Rat in Hollywood est un manga, certe romancé, mais à la valeur historique forte, sur les dérives du pouvoir.

The Red Rat in Hollywood, de Osamu Yamamoto, éd. Vega, tomes 1 et 2 disponibles.

Bakemonogatari

bakemonogatari.jpg

© Nisioisin (story)/Oh!great (illustration)/Kodansha Ltd.

Formé par la contraction des mots japonais Bakemono (monstre) et Monogatari (histoire), le manga Bakemonogatari nous plonge dans le quotidien extraordinaire des jeunes lycéens Koyomi et Hitagi. Un garçon et une fille confrontés ensemble au surnaturel, puisque d'étranges chimères croisent leurs chemins et semblent hanter leur vie.

Pourquoi il faut le lire :

Tiré d'une série de romans (également édités ce mois-ci chez Pika), Bakemonogatari est un récit innovant autour de la thématique maintes fois traitée des vampires. Le trait soigné du mangaka Oh!Great impressionne page après page, grâce à une finesse du dessin presque chirurgicale. Les planches se suivent avec constance et donnent à suivre une œuvre aussi esthétique qu'inquiétante.

Bakemonogatari, de NisiOisiN (histoire) et Oh!Great (dessin), éd. Pika, tome 1 disponible.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles