Festival de Cannes : les 10 moments forts

La venue de Quentin Tarantino (à d.) - avec son casting hollywoodien - a électrisé la foule [© VALERY HACHE / AFP]

Au programme : rires, polémique et émotion. La 72e édition du Festival de Cannes ultra glamour a fait vibrer le cœur des festivaliers. Retour sur les meilleurs moments de cette quinzaine.

Les zombies de Jim Jarmusch

Bill Murray, Iggy Pop, Selena Gomez, Adam Driver, Tilda Swinton, Chloé Sevigny… Ils étaient nombreux à monter les marches pour «The dead don’t die» de Jim Jarmusch en lice pour la Palme d’or.

Choisie comme film d’ouverture de cette 72e édition, cette virée au pays des zombies à mourir de rire, a été diffusée en simultané dans près de 600 salles de cinéma en France.

L'hommage à John Carpenter

Réalisateur phare du cinéma de genre, l’Américain John Carpenter s’est vu honorer avec la remise d’un carrosse d’or, décerné aux cinéastes novateurs et audacieux, dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs. Deux qualificatifs qui correspondent bien au réalisateur des cultes «The Thing», «Halloween», «New York 1997» ou «Christine». Une récompense qui a étonné jusqu’à l’intéressé lui-même : «Honnêtement, je ne sais pas trop ce que ça signifie d’avoir ce prix. Je suis honoré, mais je crois que c’est parce que je suis vieux», a-t-il expliqué.

Les 25 ans de la carioca

Vingt-cinq ans après la sortie du film culte «La Cité de la Peur» avec Les Nuls, une carioca géante a été organisée dans le centre-ville en présence de dizaines de Cannois, tous vêtus d'une chemise blanche et d'un pantalon noir.

Quelques heures plus tard, c'est au tour d'Alain Chabat et de Gérard Darmon de reprendre la célèbre chorégraphie en plein milieu de la projection en plein air du long-métrage organisée au cinéma de la Plage. Avant l'ouverture du Festival de Cannes, une pétition avait été lancée, demandant aux deux acteurs de rejouer la scène.

Les larmes d’Elton John

Venu sur la Croisette pour la présentation hors compétition du biopic «Rocketman» de Dexter Fletcher, dont il fait l’objet, la star planétaire est apparue les yeux rougis, malgré ses lunettes en forme de cœur, à l’issue de la projection. Pour le plus grand plaisir des festivaliers, il a ensuite interprété seul au piano le tube «I’m still standing» (1983) sur la plage du Carlton.

le coup de foudre pour pedro Almodovar

Pour sa sixième nomination, Pedro Almodovar n'est pas passé inaperçu avec son autofiction «Douleur et gloire» avec ses acteurs fétiches, Penélope Cruz et Antonio Banderas, qui ont également fait le déplacement. Longuement applaudi à la fin de la projection, l'Espagnol fait rapidement figure de favori pour - enfin - décrocher le Graal.

les retrouvailles de claude Lelouch

En 1966, il remportait la Palme d'or pour le film «Un homme et une femme», également oscarisé. Cinquante-trois plus tard, Claude Lelouch, aujourd'hui âgé de 81 ans, a filmé les retrouvailles de ces deux amants, toujours interprétés par Anouk Aimée et Jean-Louis Trintignant. Une séance pleine d'émotion à l'issue de laquelle le public a repris en chœur le célèbre refrain «Badabadada, badabada...». «Je voudrais remercier tous les gens qui m'ont dit non (pour ce premier film), parce que ça m'a permis de trouver ceux qui m'ont dit oui», a déclaré le cinéaste.

la provocation selon abdellatif kechiche

La projection de son son long-métrage en compétition «Mektoub My Love : Intermezzo» a fait grand bruit, suscitant l'indignation de certains festivaliers. Ces derniers ont quitté la salle, notamment en raison d'une scène de cunnilingus d'une durée de 13 minutes. Le réalisateur Abdellatif Kechiche est quant à lui parti précipitemment après la séance, après avoir lancé au micro : «Je m'excuse de vous avoir retenus sans vous prévenir et voilà je m'en vais !». La comédienne Ophélie Bau, l'une des actrices principales du film, n'était pas présente au photocall, ni à la conférence de presse, provoquant un gros malaise.

La Palme d’or d’honneur d’Alain Delon

Malgré les requêtes d’associations féministes qui demandaient l’annulation de la cérémonie, Alain Delon a reçu sa Palme d’or d’honneur des mains de sa fille Anouchka. Une récompense qui venait couronner l’ensemble de sa carrière.

Très ému, l’acteur qui avait assuré une masterclass un peu plus tôt, a tenu à remercier son public fidèle depuis plus de soixante-ans. «C’est un peu un hommage posthume, mais de mon vivant. Je vais partir (…). Si je suis une star, c’est au public que je le dois et à personne d’autre», a-t-il déclaré.

Le show de Leo, Brad et Quentin

C’était l’événement de cette édition 2019. Vingt-cinq ans après sa Palme d’or pour «Pulp Fiction», Quentin Tarantino signait son grand retour en compétition avec «Once upon a time… in Hollywood» porté par un casting cinq étoiles. En tête, Leonardo DiCaprio et Brad Pitt. Les deux acteurs se sont livrés à une longue séance d’autographes et de selfies avec leurs fans, pour la plupart, arrivés dès le petit matin.

l'arrivée musclée de sylvester Stallone

La dernière fois que le public avait pu l'applaudir, c'était sur un blindé pour la promotion en 2014, du film «Expendables 3», avec Arnold Schwarzenegger et Harrisson Ford. Sylvester Stallone est réapparu sur la Croisette dans le cadre d'une séance spéciale, où il avait prévu de dévoiler les premières images exclusives de «Rambo V : Last blood». Les fans ont aussi pu profiter d'une masterclass avec leur idole américaine.

À suivre aussi

Cinéma : La Reine des neiges 2 sort en salles
Cinéma La Reine des neiges 2 sort en salles
Cinéma The Mask : les répliques cultes du film
Cinéma Une suite de The Mask, 25 ans après ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles