Tout savoir sur Neil Gaiman, l'auteur de «Good Omens»

Neil Gaiman a écrit «Good Omens» avant que le roman ne soit adapté en série pour Amazon Prime Video Neil Gaiman a écrit «Good Omens» avant que le roman ne soit adapté en série pour Amazon Prime Video[© Frederick M. Brown / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

A partir du 31 mai, les six épisodes de la série « Good Omens » sont diffusés sur Amazon Prime Video. Avant de devenir l’une des séries attendues de ce printemps, «Good omens» est un roman signé Neil Gaiman en collaboration avec Terry Pratchett.

Bardé de prix, l’écrivain était, il n’y a pas si longtemps, considéré comme l’auteur de romans inadaptables. Désormais, c’est par la grande porte qu’il entre dans la grande famille Amazon en tant que créateur de séries.

Du journalisme aux romans graphiques

En 1984, Neil Gaiman débute une carrière de journaliste. Parallèlement, il débute l’écriture de livres. D’abord une biographie du groupe Duran Duran puis des pastiches d’auteurs qu’il aime comme Douglas Adams, H.P. Lovecraft. A 26 ans, l’auteur signe le scénario du roman graphique « Violent Cases » (1987) illustré par Dave McKean.

Profitant de son statut de journaliste, Neil Gaiman se met à fréquenter les congrès de Fantasy, où il rencontre Alan Moore qui accepte de lui enseigner les rudiments des comics. En 1987, DC Comics accepte alors de publier « L’orchidée noire » illustrée par Dave McKean, le début d’une longue carrière. Poussé par DC Comics, Neil Gaiman débute alors l’écriture de la série de romans graphiques « Sandman », pour le même éditeur. De 1988 à 1996, 75 numéros verront le jour.

Prolifique, Neil Gaiman s’est aussi illustré en tant que romancier prolifique. On lui doit « Neverwhere » en 1996, « Miroirs et fumées » en 1998, « American gods » en 2001 ou encore « De bons présages » (« Good Omens ») avec Terry Pratchett en 1990.

Une œuvre largement adaptée

Nombreuses sont ses œuvres fantastiques adaptées à l’écran. Parmi elles, il y eut « Stardust » (2007) dont il fut l’un des producteurs, « Coraline », adapté pour le cinéma d’animation en 2009, « comment parler aux filles pendant les fêtes » en 2017. « Neverwhere », « American gods » et désormais « De bons présages » (« Good Omens ») ont été eux adaptés en série.

Collaboration avec les studios Amazon

Après « American Gods » et « Good Omens», Neil Gaiman s’est engagé à développer plusieurs séries pour le compte de la plateforme de streaming vidéo d’Amazon. L’auteur s’était réjoui il y a quelques mois d’avoir « une place chez Amazon Prime où je pourrai créer des programmes TV inédits, qui soient tout à fait différents de « Good Omens », mais tout aussi originaux et divertissants », avait-il expliqué à Relax News. « L’étrange vie de Nobody Owens » (« The Graveyard book »), « The sandman» et «The thing about Cassandra» étaient alors trois projets annoncés tirés de ses propres créations.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles