Qui est Christophe Ruggia, accusé de harcèlement par l’actrice Césarisée Adèle Haenel ?

Le réalisateur Christophe Ruggia (à gauche) et l'acteur Reda Kateb (à droite) en 2015, lors d'une conférence de presse à l'occasion du lancement, par de nombreuses personnalités, de L'appel de Calais, dont l'objectif était d'attirer l'attention sur le sort des migrants. [FRANCOIS GUILLOT / AFP]

Accusé par Adèle Haenel de harcèlement sexuel et d'attouchements alors qu’elle était âgée de 12 à 15 ans, notamment lors du tournage de «Les diables», le réalisateur vient d’être exclu de la société des réalisateurs de films (SRF).

La SRF, association qui défend les libertés artistiques, morales et les intérêts professionnels et économiques de la création cinématographique depuis 1968,  a ainsi exprimé dans un communiqué « son soutien total » à l’actrice et lancé une procédure de radiation du réalisateur de 54 ans. Une association que Christophe Ruggia a co-présidée ou dont il a été le vice-président à plusieurs reprises, entre 2003 et 2019.  

Peu connu du grand public, Christophe Ruggia est l’auteur de trois longs métrages. Il passe derrière la caméra en 1997 avec «Le Gone du Chaâba», adapté du livre autobiographique d’Azouz Begag, un film nommé aux César dans la catégorie première œuvre. 

En 2001, il tourne «Les diables», un long métrage mettant en scène deux adolescents abandonnés à la naissance. C’est à cette époque qu’il rencontre et dirige Adèle Haenel.   

«Dans la tourmente», son troisième long métrage sort onze ans plus tard. Clovis Cornillac, Mathilde Seigner et Yvan Attal figurent au casting de ce polar. 

Mis en cause par l'actrice dans une enquête publiée par Mediapart dimanche, le réalisateur a réfuté par le biais de ses avocats avoir «exercé un harcèlement quelconque ou toute espèce d'attouchement sur cette jeune fille alors mineure». Des propos qui ont choqué Adèle Haenel qui l'a fait savoir dans une émission diffusée en direct sur le site Mediapart lundi soir.  «Je suis choquée qu'il démente", a déclaré Adèle Haenel. «Je suis encore plus choquée par le fait qu'il dise qu'il m'a découverte (comme actrice NDLR), parce qu'en fait, il m'a surtout détruite», a-t-elle ajouté.

«Ça fait 17 ans, c'est un cheminement ultra long», a-t-elle encore dit. «Le monde a changé. Et c'est pour ça aussi en fait que je parle, parce que je dois le fait de pouvoir parler à toutes celles qui ont parlé dans le cadre des affaires #MeToo et qui m'ont fait changer de perspective sur ce que j'avais vécu. Et du coup je voudrais contribuer à ça».

À suivre aussi

Golden Globes «Marriage Story», «Les Misérables»... Les principales nominations aux Golden Globes 2020
Télévision Sandrine Kiberlain et Thaïs Alessandrin en duo mère-fille dans «Mon Bébé»
Cinéma Anthony Daniels, interprète de C-3PO : «Je ne voulais pas jouer dans Star Wars»

Ailleurs sur le web

Derniers articles