«Le Mans 66» : Matt Damon et Christian Bale embarqués dans une course folle

Les deux acteurs prêtent leurs traits à Carroll Shelby et Ken Miles. [© 2019 Twentieth Century Fox]

Matt Damon et Christian Bale se donnent la réplique dans «Le Mans 66» de James Mangold, au cinéma le 13 novembre. Un hommage à la légendaire course automobile, à ses bolides et à ses pilotes chevronnés.

Dans ce duel à 300 km/h inspiré de faits réels, Matt Damon incarne Carroll Shelby, une ancienne star des circuits devenue constructeur de voitures à cause de problèmes cardiaques.

Ce dernier est engagé par Henry Ford II, à la tête de la Ford Motor Company, pour imaginer un prototype capable de détrôner l’écurie italienne Ferrari lors de l’édition 1966 de la mythique course des 24 heures du Mans. 

Malgré les réticences de ses nouveaux collaborateurs, Shelby impose Ken Miles - interprété par Christian Bale, - un mécanicien et pilote rustre, fou, mais brillant. Ensemble, ils vont tenter l’impossible pour redorer le blason du constructeur américain, même s’ils ne partagent pas la même vision que le groupe automobile.

Ce long-métrage se démarque du traditionnel film de voitures en se concentrant sur une aventure humaine hors pair entre deux passionnés, et sur les émotions des personnages ressenties sur le bitume ou dans l’habitacle. Et cela au détriment des effets numériques. «Je ne voulais pas faire un documentaire historique, ni un «film pop corn» dans la lignée des «Fast & Furious», expliquait le réalisateur James Mangold lors de son passage à Paris, en octobre. Je préférais me concentrer sur les deux personnages, sur cette amitié, et sur ce que représentait la conquête du Mans pour Ford, qui dépassait la simple victoire de pilotes».

 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Get ready for the ride of your life. #FORDvFERRARI hits theaters November 15. Get tickets now! Link in bio.

Une publication partagée par FORD v FERRARI (@fordvferrari) le

N’étant pas «un expert dans le domaine automobile», Matt Damon avoue avoir effectué un gros travail de recherche et de préparation pour coller au plus près du personnage de Carroll Shelby. Quant à Christian Bale, métamorphosé et amaigri, il a pu compter sur le soutien de professionnels comme Robert Nagle, coordinateur des cascades et pilote émérite. «Ken Miles, c’est un puriste qui ne lâche rien, pas même le pied de l’accélérateur», précise James Mangold. L’équipe a également été conseillée par Charlie Agapiou, ancien chef mécanicien de Shelby American, ainsi que par Peter Miles.

«Matt et Christian ont partagé cette camaraderie dès le début du tournage, et cela se ressent fortement dans le film», ajoute le cinéaste. A travers ce long-métrage «à l'ancienne» dont le budget dépasse les 90 millions d'euros, il évoque aussi l'importance de la voiture dans notre quotidien. «Le 20e siècle a été défini par l'automobile. Et grâce notamment à Ford, la voiture est devenue abordable et elle nous a apportés un peu plus de liberté. Puis les autoroutes sont arrivées, et la vitesse avec. Quand on rentre dans cette boîte en métal, on change et on peut devenir complètement fous !», selon James Mangold.

À suivre aussi

Mieux vaut éviter de regarder les films dans l'ordre de leur sortie en salle.
Cinéma Marvel : dans quel ordre chronologique faut-il regarder tous les films ?
Cinéma Les 5 choses à savoir sur la Reine des Neiges 2
Cinéma On a vu «La Reine des Neiges 2»... et cela ne nous a pas laissés de glace

Ailleurs sur le web

Derniers articles