Le secret du plaisir musical aurait été découvert

Un concert de la chanteuse FKA Twigs.[STEVE JENNINGS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Des scientifiques allemands ont tenté de trouver pourquoi on ressentait tant de plaisir à l'écoute de certains morceaux - devenus hits planétaires.

L'équipe a analysé 745 tubes de pop du Billboard américain de 1958 à 1991. Elle a réalisé une étude statistique des milliers de suites d'accords (sans les mélodies et les paroles), dont «Ob-La-Di, Ob-La-Da» des Beatles, «Red red wine» de UB40 et «Knowing me, knowing you» par Abba. «Il est fascinant que les humains tirent du plaisir de l'écoute d'un morceau uniquement en raison de l'ordre des sons», dit Vincent Cheung de l'institut Max Planck pour les sciences cognitives et du cerveau en Allemagne, qui a mené l'étude publiée jeudi dans la revue Current Biology.

la surprise : un element essentiel

Un algorithme de machine learning (apprentissage automatisé) a quantifié le niveau d'incertitude et de surprise de 80.000 suites d'accords. Ils ont ensuite fait écouter à 80 personnes une sélection de morceaux, en étudiant leurs cerveaux grâce à l'IRM. Ils ont observé que lorsque les participants étaient relativement certains du prochain accord, ils éprouvaient du plaisir si l'accord suivant était une surprise. Et lorsqu'ils étaient incertains de la suite... ils éprouvaient du plaisir quand l'accord n'était pas surprenant. Pour jauger les attentes et les sentiments éprouvés, les scientifiques observaient les régions du cerveau correspondantes. Seuls les accords, et non les mélodies et les paroles, étaient jouées car sinon elles auraient risqué de réveiller des souvenirs plus ou moins plaisants aux auditeurs, et de contaminer l'expérience.

la recette des tubes ?

Ces données pourraientelles aider un jour un compositeur à trouver la formule magique pour un tube? «Ce pourrait être un élément important à exploiter, mais cela ne pourrait pas être la seule chose pour créer une chanson pop», répond avec humilité Vincent Cheung. Au cours de l'expérience, la suite d'accords la mieux notée par les participants était «Invisible Touch», par Genesis, en 1980.

À suivre aussi

Science Espace : La possible découverte d'un mini trou noir intrigue les scientifiques
Il existe de plus en plus de documentation sur des parasites capables de changer le comportement de l'animal infecté, transformant leur hôte en un genre de zombie [Josep LAGO / AFP/Archives]
Science Les zombies sortiront-ils de terre ? Les scientifiques s'interrogent
Science Prénommée «Pete», cette fougère est capable de se prendre en selfie toutes les 20 secondes

Ailleurs sur le web

Derniers articles