Thorgal par Fred Vignaux et Yann : la relève est assurée

En dessinant la couverture de ce tome 37 des aventures de Thorgal, Rosinski a passé le flambeau à Fred Vignaux En dessinant la couverture de ce tome 37 des aventures de Thorgal, Rosinski a passé le flambeau à Fred Vignaux [© Rosinski / Le Lombard]

Avis aux hordes de fans du fils des étoiles : Thorgal est de retour mais cette fois sans Grezgorz Rosinski aux pinceaux. Et ce nouveau volume est une réussite.

De retour chez lui, Thorgal vit une existence presque paisible aux côtés de sa femme et ses enfants, Jolan et Louve. Presque. Car Thorgal est toujours en proie à d'affreux cauchemars où il revoit Kriss de Valnor et celui qu'il fut au cours de son existence : Shaïgan-sans-merci, un monstre assoiffé de sang aux ordres de sa démoniaque maîtresse.

Une nuit, ce passé revient réellement sous les traits d'une jeune femme qui tente de l'assassiner afin de se venger de la mort de ses parents, disparus à cause de Shaïgan. Thorgal décide alors d'expier ses fautes et pour cela, s'en va libérer le peuple de cette femme, emprisonné par un jarl, Ivarr-le-glacé, à cause de leur culte («le culte de l'oiseau bleu»). Une fois sur place, Thorgal se rend vite compte que la situation est plus compliquée qu'elle n'y paraît et que ce jarl tente en fait d'arrêter la vague de suicides de son peuple, pris dans un engrenage sectaire.

Un scénario abouti

Que ceux qui n'ont pas lu l'intégrale de Thorgal et des «Mondes de Thorgal» se rassurent. Cet album peut être lu comme un «One shot» sans tout connaître des aventures du ténébreux héros créé par Jean Van Hamme. Si Yann a déjà scénarisé quelques aventures de l'univers de Thorgal, il semble bien conscient d'avoir à renouer avec la série principale. Pour cela, il a pris soin de s'affranchir des derniers épisodes, notamment en libérant Thorgal de ses tourments autour de ce qu'il a été : Shaïgan-sans-merci, soit le côté sombre du héros. 

L'histoire colle parfaitement aux grands sentiments que véhicule Thorgal depuis les premiers tomes de la série. Epris de liberté et de justice, l'«enfant des étoiles» adoptés par les vikings ne souhaite qu'une chose : vivre en paix aux côtés des siens et restaurer la liberté et la souveraineté des peuples qu'il croise. C'est le cas ici. Pour ne plus être hanté par ce Shaïgan et retrouver la confiance d'Aaricia, Thorgal part sauver un peuple de ce qui le ronge.

capture_decran_2019-11-22_a_16.45.47_5dd8031ed2eb8.png

© F. Vignaux / Yann / Le Lombard

S'il croit au départ avoir à affronter un tyran sanguinaire, il se rend compte que c'est un gourou illuminé qu'il doit combattre. Une pirouette bienvenue dans cette histoire au final plutôt maline puisque grâce à elle, la lecture de Thorgal se trouve à un tournant : les uns pourront s'arrêter définitivement là puisqu'au bout de ces 48 pages, l'intrigue est bouclée, les autres souhaiteront continuer sur ce retour à un Thorgal lavé de l'influence néfaste des démons de son passé, apte à repartir vers de nouvelles aventures.

Un dessin maîtrisé

Des générations de lecteurs auront été éblouis par le trait de Grzezgorz Rosinski, flamboyant et poétique. Comment ne pas avoir peur face à ce nouvel opus de Thorgal, dessiné par un autre, même si cet autre - Fred Vignaux - a déjà fait ses preuves sur deux albums de la série spin-off, Kriss de Valnor ? Rosinski a tenu à dessiner la superbe couverture de «L'ermite de Skellingar» comme un joli geste de transmission à Fred Vignaux.

capture_decran_2019-11-22_a_16.40.59_5dd801ed357ea.png

© F. Vignaux / Yann / Le Lombard

Le reste de cette aventure donne à voir un Thorgal qui parvient à s'affranchir de son créateur en prenant un visage peut-être un peu plus poupon et peut-être même plus humain. Pourtant le héros de papier ne se montre à aucun moment dénaturé. Les autres personnages sont, eux, dessinés avec soin et les décors réalisés avec brio. La fameuse île de Skellingar, inspirée de l'île de Skellig en Irlande, possède une beauté juste assez inquiétante pour la narration. La mise en scène - alternance entre petites cases de dialogues, grands dessins muets et scènes d'action rythmées ) se révèle très soignée.

Que l'on continue ou non à suivre la série, on ne peut que féliciter ce duo pour cette belle reprise des aventures du personnage mythique créé par Jean Van Hamme et Grezgorz Rosinski.

Thorgal, t. 37, «L'ermite de Skellingar», F.Vignaux, Yann, le Lombard, 48 p., 12,45€.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles