Les temps forts du festival du film de comédie de l'Alpe d'Huez 2020

Hors compétition, «Le Lion» avec Dany Boon et Philippe Katerine sera présenté en ouverture. [© Jean-Marie Leroy]

La 23e édition du Festival de comédie de l’Alpe d’Huez s’ouvrira ce mardi soir avec pour président le comédien José Garcia. De nombreuses stars du 7e art sont attendues jusqu'au dimanche 19 janvier dans la station de ski iséroise.

L’Alpe d'Huez est le festival de référence en matière de comédie en France. Et cette année, le réalisateur Nicolas Benamou, la star de l’électro Bob Sinclar, et les comédiennes Sabrina Ouazani et Chloé Jouannet composeront le jury.

«C'est un panel représentatif, qui réunit toutes sortes de films, à la fois des grosses comédies populaires, des comédies familiales, sociales ou policières, a expliqué à l'AFP Frédéric Cassoly, le directeur du Festival, organisé par son agence Tournée Générale. C'est un savant mélange de confirmés et jeunes talents. On est aussi un festival découvreur de talents et on est là pour mettre en avant la jeune génération».

La comédie populaire d'action «Le Lion» de Ludovic Colbeau-Justin, avec le duo Dany Boon-Philippe Katerine, présenté ce soir hors compétition, lancera les festivités. Ce long-métrage relate l'histoire d'un médecin en hôpital psychiatrique qui, pour retrouver sa fiancée disparue, fait évader l'un de ses patients qui prétend être agent secret, mais sans être sûr qu'il dise la vérité.

Huit films en compétition

Parmi les films dans la course pour succéder à «Mon bébé» de Lisa Azuelos, plusieurs mettront en avant aussi des habitués du registre comique, comme Michèle Laroque dans «Chacun chez soi», son deuxième film comme réalisatrice (après «Brillantissime» en 2018), sur la cohabitation difficile entre des parents et le couple formé par leur fille. Elle y joue aux côtés de l'acteur et humoriste belge Stéphane De Groodt, qui sera aussi à l'affiche de «Tout nous sourit», comédie familiale de Melissa Drigeard. Michaël Youn présentera, lui, son troisième long métrage comme réalisateur, «Divorce Club», avec Arnaud Ducret et François-Xavier Demaison. 

Florence Foresti endossera l'uniforme d'une policière corrompue dans «Lucky» d'Olivier Van Hoofstadt (réalisateur du succès «Dikkenek»), tandis qu'un personnage féminin sera aussi à l'honneur de «Forte» de Katia Lewkowicz, l'un des trois films en compétition réalisés par une femme. La comique de stand-up montante Melha Bedia y joue une jeune femme en surpoids qui, décidée à séduire, se met à la pole dance, aidée par une prof interprétée par Valérie Lemercier.

Dans «La Daronne» de Jean-Paul Salomé, Isabelle Huppert incarnera quant à elle une inattendue interprète judiciaire franco-arabe pour la brigade des Stups, qui devient dealeuse à Belleville.

Des habitués et des surprises

Autre pointure à contre-courant de ses rôles habituels, Catherine Deneuve - absente du Festival après son accident vasculaire cérébral de novembre -, sera à l'affiche de «Terrible jungle», premier film d'Hugo Benamozig et David Caviglioli. Elle y incarne une mère possessive dont le fils, joué par Vincent Dedienne, s'éloigne en allant étudier un mystérieux peuple d'Amazonie, avant qu'elle ne décide de partir à sa recherche.

La comédie sociale «Mine de rien» de Mathias Mlekuz, également un premier film, mettra en scène Arnaud Ducret et Philippe Rebbot dans l'histoire de deux chômeurs qui construisent un parc d'attraction sur une ancienne mine de charbon.

Des longs mais aussi des courts-métrages

Le Festival se clôturera avec «Miss» de Ruben Alves («La Cage dorée»), hors compétition, l'histoire d'un jeune homme qui décide de participer au concours de Miss France en cachant son identité de garçon. Au casting, on retrouvera Pascale Arbillot, Isabelle Nanty et Alexandre Wetter.

Dix courts métrages, sur près de 200 proposés, seront également projetés. Parmi eux, «Je suis ton père» de Justine Le Pottier, «Samedi en quinze» de Yannick Privat, et «Je suis gavé» de Martin Darondeau. Ouvert au grand public et entièrement gratuit, le Festival de l'Alpe d'Huez avait réuni près de 20 000 spectateurs l'an dernier. La comédie reste l'une des catégories reines du box-office français. En 2019, le quatrième plus gros succès de l'année était une comédie hexagonale, «Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu?», de Philippe de Chauveron, enregistrant 6,7 millions d'entrées.

À suivre aussi

idées sorties «Scandale», «Bad Boys For Life», «K contraire» : les 3 films à voir cette semaine au cinéma
Mieux vaut éviter de regarder les films dans l'ordre de leur sortie en salle.
Cinéma Marvel : dans quel ordre chronologique faut-il regarder tous les films ?
Société Seine-Saint-Denis : l'école de cinéma de Ladj Ly lance une formation à l'art pilotée par JR

Ailleurs sur le web

Derniers articles