"Gruppetto", "chasse patate", "sucer la roue" : le jargon du Tour de France

Des coureurs lors de la 2e étape du Tour de France 2015. [JEFF PACHOUD / AFP]

Le microcosme du cyclisme a l'habitude d'utiliser un vocabulaire bien particulier et peu compréhensible pour ceux qui ne se passionnent pour la discipline qu'à l'occasion du Tour de France. "Poisson-pilote", "chasse patate" ou encore "bidon collant", voici quelques définitions utiles pour comprendre le jargon de la Grande Boucle.

 

Gruppetto : désigne un groupe de cyclistes se formant à l'arrière de la course lors d'une étape de montagne afin de rallier l'arrivée avant les délais d'élimination en demeurant soudés les uns aux autres.

Bordure : se dit d'un groupe de coureurs séparés des autres à cause d'une soudaine accélération en tête de peloton.

Bon de sortie : lorsqu'un groupe de coureurs prend de l'avance sur le peloton sans que celui-ci ne réagisse, on dit que ces coureurs ont bénéficié d'un "bon de sortie".

Voiture-balai : c'est un véhicule qui circule derrière les derniers coureurs. Elle doit récupérer les cyclistes qui ne peuvent plus continuer la course.

Poisson-pilote : l'expression désigne un coureur, bon en sprint, qui se sacrifie pour son leader dans un sprint final. Il roule très vite juste devant son leader avant de couper totalement son effort à une centaine de mètres de la ligne d'arrivée pour laisser son leader passer devant.

Boucher le trou : revenir sur un groupe depuis l'arrière de la course.

Sucer la roue : ce verbe signifie marquer de près son adversaire désigné, sans jamais prendre les devants.

Hors-délais : pour chaque étape, des délais d'arrivée sont calculés en fonction du profil de l'étape et de la vitesse moyenne. Si des coureurs arrivent après ce délai, ils sont considérés comme "hors-délais" et éliminés du Tour de France.

Pédaler en danseuse : l'expression signifie se mettre debout sur les pédales du vélo.

Bidon collant : cette expression désigne un coureur qui se détache de ses coéquipiers pour récupérer du ravitaillement dans un véhicule d'accompagnement. Pendant l'opération, le coureur est tenu fermement par l'agent présent dans l'automobile, ce qui lui permet de faire une courte "pause". Ce ravitaillement ne doit pas être trop long, sinon une sanction peut être appliquée.

Visser : pédaler de façon énergique.

Bâcher : abandonner la course.

Avoir la fringale : se dit d'un coureur qui a un taux de glucose insuffisant dans le sang, mais l'expression est aussi connue hors du champ du cyclisme. Pour un coureur brûlant beaucoup de calories, s'il n'a pas pris ses précautions aux ravitaillements, la sanction est brutale, il ne peut plus avancer et c'est "la fringale".

Chasse-patate : situation dans laquelle le coureur est encadré par deux groupes de cyclistes, sans espoir de pouvoir rattraper le groupe de devant.

Pédaler dans l'huile : faire preuve d'aisance, révélateur d'un bon état de forme.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles