Tour de France : la vidéo qui inquiète le clan Froome

Chris Froome, actuel maillot jaune du Tour de France 2015.[AFP]

L'exhumation d'une vidéo dans laquelle apparaissent les données cardiaques et la vitesse de Chris Froom lors de de la 15e étape du Tour de France 2013 fait polémique ce mercredi. Ces données mettent en évidence les capacités "surhumaines" de l'actuel maillot jaune.

 

Ce n'est pas la démonstration de force de Chris Froome et de l'équipe Sky lors de la 10e étape du Tour de France 2015 qui a réveillé les suspicions de dopage du Britannique. Non c'est l'une de ses victoires datant du Tour 2013. Cette année là, Froome avait distancé, lors l'ascension du mont Ventoux,  Nairo Quintana et Alberto Contador, pourtant experts des épreuves de montagne.

En effet, une vidéo de cette victoire a été mise en ligne dimanche soir, où apparaissent les données cardiaques, la fréquence de pédalage et la vitesse du coureur britannique. On remarque que les efforts endurés par Froome ne corrèlent pas avec une accélération de son rythme cardiaque, qui reste stable entre 160 et 165 pulsations par minute.

 

De 19 à 31 km/h en quatre secondes

Aussi, la fréquence de pédalage de l'actuel maillot jaune du Tour tourne autour de 100 tours par minute, la vitesse passe de 19 km/h à 31 km/h en quatre secondes et la puissance atteint 1 028 watts au plus haut de son accélération. Des données qui traduisent d'une puissance surhumaine et qui sont calculées par un petit capteur placé sur le pédalier du vélo, utilisé par beaucoup d'équipes.

L'ancien préparateur de l'équipe Festina, Antoine Vayer, a ainsi déclaré au journal Le Monde, que lors de cette performance datant d'il y a deux ans, Froome avait atteint une puissance de 418 watts de moyenne soit 4 watts de plus que Lance Amstrong ou Marco Pantani.

 

Le clan Froome rejette ces soupçons

Dave Brailsford, manager de l'équipe Sky, s'est indigné à propos de la publication de cette vidéo et a déploré, en conférence de presse, "un piratage des données". Le dirigeant a également déclaré "qu'une équipe juridique était sur l'affaire".

De son côté, le maillot jaune, a fait part de son incompréhension : " je comprends que les questions au sujet du dopage sont liées à l'histoire de notre sport, mais il faut me respecter, j'ai travaillé dur pour être là où je suis."

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles