Audrey Cordon-Ragot : "Travailler dur pour les JO de Rio 2016"

Audrey Cordon-Ragot. [Wiggle Honda]

À 25 ans, Audrey Cordon-Ragot évolue au sein de l'équipe cycliste Wiggle Honda. Plusieurs fois titrées aux championnats de France, la jeune cycliste revient sur son année 2015. Tout en pensant déjà aux JO de Rio 2016.

 

Comment jugez‐vous votre parcours cette année ?     

Je suis plutôt satisfaite jusqu’à maintenant puisque j’ai décroché trois victoires et un titre de championne de France. On peut parler de saison réussie avec ce fabuleux titre. D'un point de vue personnel, je suis très heureuse au sein de Wiggle Honda (ndlr : formation d'origine britannique mais basée en Belgique), une super équipe avec une très bonne ambiance entre des filles venant des quatre coins du monde. Tout le monde m’a boosté même lorsque j'étais blessée.    

Au quotidien, comment se déroule une carrière de cycliste professionnelle ?   

L’année est divisée en deux. La période hivernale est réservée à l'entraînement à la maison, en Bretagne. Et le reste de l'année on vit dans nos valises passant d'hôtel en hôtel! On est loin de nos proches et on apprend à vivre entre filles. On se soutient, on s'accroche. La notion d'équipe et de partage prend tout son sens.

Est-ce facile de concilier votre vie de femme et votre carrière ?

Concilier les deux reste très important pour moi. Ma vie de femme doit être compatible avec ma carrière. C'est impératif pour mon mental d'athlète et ma sensibilité de femme. J'ai besoin d'être au calme quand je rentre à la maison et surtout d'avoir quelqu'un qui me comprend. Mon mari est cycliste est cela aide beaucoup à l'équilibre de notre vie de couple.

Une course en particulier que vous aimeriez remporter à l'avenir ?

En réalité, j'en ai deux ! Le Tour des Flandres en Belgique car pour moi c'est la plus belle course du monde. J'aimerais aussi remporter le Grand Prix de Plouet car c'est à domicile. Cela serait magique !

Quel est votre profil de coureuse ?

J'ai un profil très général, je passe un peu partout. Au sein de l'équipe Wiggle Honda, je suis la coéquipière de luxe ; j'accompagne la leader jusqu'aux moments clés de la course. Néanmoins, je peux jouer ma carte sur certaines courses pour aller chercher la victoire.

Serez-vous au JO de Rio 2016 ?

Les sélections ne sont pas encore sorties mais je l'espère. J'ai déjà une expérience sur les JO de Londres, ce qui jouera en ma faveur. Cependant, il y a une belle génération de coureuses françaises montantes dont il faut se méfier. En bref, je suis sur la bonne voie mais il faut continuer de travailler dur.

Travaillerez-vous pour permettre à Pauline Ferrand Prévot de viser la médaille ?

Je vais m'entraîner du mieux possible pour être au top le jour J. Une course n'est jamais figée. Si Pauline est en forme - et elle risque de l'être -, elle sera leader de la course. Mais Pauline sait aussi donner sa chance à ses coéquipières. Si je suis en position de prendre une médaille, j'irai la chercher. La consigne principale sera de protéger Pauline. C'est notre meilleure chance de médaille aux Jeux. Je jouerai véritablement la victoire sur le contre-la-montre individuel.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles