Des frappes en Syrie pour replacer la France "dans la bataille"

Le président français François Hollande au siège des Nations Unies à New York, le 27 septembre 2015 [ALAIN JOCARD / AFP] Le président français François Hollande au siège des Nations Unies à New York, le 27 septembre 2015 [ALAIN JOCARD / AFP]

La presse estime lundi que les premières frappes aériennes françaises en Syrie contre le groupe Etat islamique servent à "replacer" la France "dans la bataille" diplomatique, au moment où la Russie prend de plus en plus d'importance.

 

Si, "sur le front militaire, il est trop tôt pour mesurer la portée réelle des frappes françaises, sur le front diplomatique, la France tente de se repositionner comme un acteur majeur de la résolution du conflit", observe Benoît Gaudibert, de l'Est républicain.

C'est "une manière pour François Hollande de peser sur la scène diplomatique, alors qu’Obama et Poutine doivent se rencontrer en marge de l’assemblée générale de l’ONU", écrit en Une Le Parisien.

D'une manière plus imagée, pour Mickaël Tassart, du Courrier Picard, "la France montre les crocs alors que son président se trouve à New York, à l’ONU" et en s'attaquant "à la cause du problème, a changé de catégorie hier".

Ces premières frappes "sont une manière éclatante d'entrer dans une partie qui est en train de se réorganiser et dont le contrôle ne peut être laissé à la Russie", se félicite Pierre Frehel, du Républicain lorrain.

Le raid français ne relève pas seulement d’un objectif militaire mais "répond également à une nécessité diplomatique", assure dans les Dernières Nouvelles d'Alsace, Didier Rose pour qui "il s’agit de replacer la France dans les débats sur une sortie de crise en Syrie face à Poutine qui avance ses pions".

 

Discuter d'égal à égal

En arrivant au sommet de l’Onu avec "sur les tables" ses frappes aériennes, ce sera "tout bénéfice pour François Hollande qui pourra discuter d’égal à égal avec Vladimir Poutine. La France s’est replacée dans la bataille", constate également Yann Marec, du Midi Libre.

Syrie , du renseignement aux frappes [S.Ramis/V.Lefai, vl/iv/val / AFP]
Photo ci-dessus
Syrie , du renseignement aux frappes
 

"Personne n’est dupe. Il s’agit pour Hollande de se rappeler au bon souvenir de ses homologues états-unien, russe, iranien, voire européens", écrit de son côté l'Humanité.

Philippe Gélie, dans Le Figaro, se demande si ce n'est pas la "crainte d’être mis hors jeu" qui a décidé "François Hollande à agir ?". L'éditorialiste du journal conservateur reconnaît que "la manoeuvre a peut-être un intérêt diplomatique".

C'est une frappe "plus diplomatique que militaire" assure Jean-Michel Helvig, de La République des Pyrénées. Et d'expliquer : "l'objectif était d'abord de ne pas laisser vacante la place de la France dans la nouvelle coalition antidjihadiste en train de se former au plan international".

L'annonce des frappes est intervenue dimanche à la veille de l'ouverture officielle de l'Assemblée générale de l'ONU, où Vladimir Poutine, qui a repris la main sur le dossier, doit défendre lundi son allié syrien et dévoiler un projet de nouvelle coalition élargie de lutte contre le groupe Etat islamique.

 

Vous aimerez aussi

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé mercredi le lancement "dans les prochains jours" d'une nouvelle offensive en Syrie contre des milices kurdes [ADEM ALTAN / AFP/Archives]
Moyen-orient Syrie : Erdogan annonce une offensive imminente contre les milices kurdes
Un médecin soigne une femme dans un hôpital d'Alep, le 24 novembre 2018 [George OURFALIAN / AFP]
Moyen-orient Syrie : la Russie bombarde des rebelles après une attaque au «chlore» à Alep
Conflit Syrie : 43 morts, en majorité des civils, dans des raids de la coalition anti-Daesh

Ailleurs sur le web

Derniers articles