Puisseguin : un bilan encore incertain de 43 morts

Photo fournie le 23 octobre 2015 par le ministère de l'Intérieur de d'experts et de gendarmes sur le lieu de la collision entre un camion et un autocar survenue à Puisseguin [Jerome GROISARD / MINISTERE DE L'INTERIEUR/AFP] Photo fournie le 23 octobre 2015 par le ministère de l'Intérieur de d'experts et de gendarmes sur le lieu de la collision entre un camion et un autocar survenue à Puisseguin [Jerome GROISARD / MINISTERE DE L'INTERIEUR/AFP]

La terrible collision entre un autocar et un camion a fait au moins 43 morts et quatre blessés graves vendredi près de Libourne (Gironde).

Vendredi soir, le bilan restait incertain 14 heures après le drame, un doute subsistant sur le nombre -- 41 ou 42 -- de personnes décédées à bord de l'autocar. Si la seconde hypothèse devait se vérifier, le bilan final s'alourdirait à 44 morts. Cet accident reste le plus meurtrier depuis celui qui en 1982 avait coûté la vie à 53 personnes à Beaune (Côte d'Or).

Le général de gendarmerie François Gieré, le procureur Christophe Auger et le colonel de gendarmerie  Patrick Touron lors d'une conférence de presse le 23 octobre 2015 à Libourne [MEHDI FEDOUACH / AFP]
Photo
ci-dessus
Le général de gendarmerie François Gieré, le procureur Christophe Auger et le colonel de gendarmerie Patrick Touron lors d'une conférence de presse le 23 octobre 2015 à Libourne
 

"On peut avoir des personnes inscrites qui ne se trouvaient pas dans ce car, et l'inverse. Il y avait une liste dans le car qui n'a pas pour l'instant été retrouvée", a déclaré le Procureur de la République de Libourne, Christophe Auger, qui dirige l'enquête, lors d'une conférence de presse. "C'est pour ça que j'ai annoncé 41 ou 42 victimes", a-t-il ajouté, expliquant que le bus "prenait des passagers à différents endroits, sur les communes" avec, semble-t-il, une "dernière étape à Petit-Palais", d'où le bus est parti aux alentours de 07H00 pour une excursion d'une journée dans les Pyrénées-Atlantiques.

Le chauffeur du camion, âgé d'une trentaine d'années, fait partie des morts, de même que son fils de trois ans. Chauffeur "expérimenté", il était le fils du responsable d'une société de transports basée à Saint-Germain-Clairefeuille (Orne). Il était allé livrer du bois et était sur le retour.

Des gestes 'héroïques'

La collision s'est produite peu avant 07H30 sur la commune de Puisseguin, sur la route départementale 17. Les deux véhicules se sont embrasés aussitôt. "Les premières constatations nous laissent entrevoir que le camion était en portefeuille en travers de la route et que le bus l'a percuté, d'autant que le virage est incurvé", a indiqué à l'AFP le colonel Ghislain Réty, commandant du Groupement de gendarmerie de Gironde.

Capture d'écran d'une video BFM TV de l'autocar et du camion après leur collision le  22 octobre 2015 à Puisseguin [- / BFM TV/AFP]
Photo
ci-dessus
Capture d'écran d'une video BFM TV de l'autocar et du camion après leur collision le 22 octobre 2015 à Puisseguin
 

Le chauffeur du car, légèrement blessé, "a eu un réflexe héroïque au péril de sa vie", a expliqué le Dr Philippe Flipot, généraliste à Puisseguin, appelé à son cabinet tôt vendredi pour prendre en charge les rescapés. "C'est lui qui a aidé les rescapés à sortir du bus. Et d'ailleurs, il avait le visage cramoisi, il a sans doute été légèrement léché par les flammes". Les gendarmes ont salué une autre geste "héroïque", celui d'un automobiliste qui suivait l'autocar "et qui a eu le réflexe de briser des vitres et d'aider à sortir quelques personnes".

Photo fournie le 23 octobre 2015 par le ministère de l'Intérieur de gendarmes inspectant la carcasse de l'autocar entré en collision avec un camion à Puisseguin  [Jerome GROISARD / MINISTERE DE L'INTERIEUR/AFP]
Photo
ci-dessus
Photo fournie le 23 octobre 2015 par le ministère de l'Intérieur de gendarmes inspectant la carcasse de l'autocar entré en collision avec un camion à Puisseguin
 

"Le feu a démarré tout de suite. C'était comme un éclair", se souvient pour sa part Jean-Claude Leonardet , 73 ans, l'un des rares rescapés de l'accident dans une vidéo mise en ligne par le quotidien Le Parisien/Aujourd'hui en France. "Tout est allé très vite", raconte ce charpentier retraité qui était dans l'autocar avec son épouse Josette. "Il faut faire fissa pour se sortir. Il y avait du monde au portillon!", se souvient-il.

Peu après l'accident, le président François Hollande, en déplacement en Grèce, a annoncé que "le gouvernement français est totalement mobilisé sur cette terrible tragédie" et qu'il se rendrait sur place "le moment venu". "C'est un choc terrible pour la France", "une catastrophe effroyable", a réagi le Premier ministre, Manuel Valls, qui s'est rendu sur place avec le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, et le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies, et a rencontré des familles. Tous trois se sont rendus sur le site de l'accident ;

Trois semaines pour identifier

Huit passagers de l'autocar ont réussi à sortir du piège du brasier : vendredi soir, deux personnes se trouvaient "dans un état critique", avec pronostic vital engagé, selon le Procureur. Deux autres sont dans un état grave, mais leur vie n'est pas en danger. Quatre personnes sont plus légèrement blessées.

Proches et amis des victimes de la collision entre un autocar et un camion, à la sortie de la chapelle le 23 octobre 2015 à Puisseguin [JEAN-PIERRE MULLER / AFP]
Photo
ci-dessus
Proches et amis des victimes de la collision entre un autocar et un camion, à la sortie de la chapelle le 23 octobre 2015 à Puisseguin
 

Dans le village de Petit-Palais et-Cornemps (756 habitants), une des communes les plus durement frappées par la tragédie, avec "28 personnes décédées", selon Annick, une habitante, une veillée de prières pour les familles et les habitants a été organisée en début de soirée dans la petite église. Des familles allaient et venaient vers l'église bondée, en se soutenant, en larmes, a constaté l'AFP. "J'ai perdu trop de monde d'un seul coup", soufflait, bouleversé, Jean Solans, un habitant de Petit-Palais-et-Cornemps, qui a perdu "un frère, des voisins, des amis".

Selon le Conseil départemental de Gironde, sur les cinq dernières années, aucun accident n'a été constaté sur le virage concerné: "Il est réglementairement signalé par des balises de virage et des panneaux de virage et la vitesse y est limitée à 90 km/h", a-t-il précisé. Une soixantaine de pompiers, appuyés par une vingtaine de véhicules et des hélicoptères, participent aux opérations de secours très pénibles, notamment en ce qui concerne l'identification des victimes, qui devrait entrer dans sa phase active samedi matin.

"Trois semaines" pourraient être nécessaires pour une identification formelle, a précisé un membre de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN). Ce drame a provoqué une vive émotion en France et en Europe: les messages de solidarité ont afflué. La Chancelière allemande Angela Merkel a présenté ses condoléances et "sa compassion toute personnelle" à François Hollande.

Vous aimerez aussi

Gironde Accident de car à Puisseguin : un réservoir d’essence n’était «pas homologué»
Sécurité routière Baisse de 16,4% du nombre de tués sur les routes en octobre
Drame de Puisseguin Puisseguin : hommages et recueillement, un an après le drame

Ailleurs sur le web

Derniers articles