Football

Coupe du monde : le parcours des Bleus jusqu'à la finale

Jeudi 17 mai. A un mois de l’entrée de l’équipe de France dans cette Coupe du monde, Didier Deschamps dévoile sa liste des 23 joueurs retenus sur le plateau du JT de 20h de TF1. Fidèle à lui-même, le sélectionneur tricolore ne réserve aucune surprise, si ce n’est la présence de Steven Nzonzi à la place d’Adrien Rabiot, figurant parmi les sept réservistes d’où le milieu parisien s’est auto-exclu. [ FRANCK FIFE / AFP ]
Dimanche 10 juin. Au lendemain de leur dernier match de préparation contre les Etats-Unis (1-1), Steve Mandanda, Adil Rami et les Tricolores débarquent en Russie pour s’installer dans leur camp de base situé à Istra dans la banlieue de Moscou. [ Yuri KADOBNOV / AFP ]
Samedi 16 juin. Pour leur entrée en lice, les Bleus viennent difficilement à bout de l’Australie (2-1). Antoine Griezmann ouvre le score sur penalty avant que les Socceroos n’égalisent également sur penalty, après une main de Samuel Umtiti dans sa surface. La victoire est venue d’un but contre son camp de l’Australien Aziz Behich. [ Kirill KUDRYAVTSEV / AFP ]
Jeudi 21 juin. Sans être encore une fois convaincante, la France enregistre sa deuxième victoire face au Pérou grâce à un but de Kylian Mbappé (1-0). Avec ce succès, Hugo Lloris et ses coéquipiers décrochent leur qualification pour les huitièmes de finale avant même la dernière journée de la phase de groupes. [ FRANCK FIFE / AFP ]
Mardi 26 juin. Au terme d’un match nul terriblement ennuyeux face au Danemark (0-0), les partenaires d’Ousmane Dembélé assurent l’essentiel en terminant à la première place de leur groupe. [ Juan Mabromata / AFP ]
Samedi 30 juin. Le 8e de finale contre l’Argentine de Messi (4-3) restera comme l’un des plus beaux matchs du Mondial. La France s’impose au terme d’un scénario haletant et des buts somptueux, à l’image de la reprise exceptionnelle de Benjamin Pavard en pleine lucarne et de l’enchaînement de Kylian Mbappé, devenu le plus jeune joueur à inscrire un doublé en Coupe du monde depuis Pelé en 1958. [ SAEED KHAN / AFP ]
Mercredi 4 juillet. Même s’il ne joue pas, le défenseur de l’OM garde sa bonne humeur légendaire. Il n’hésite pas à l’afficher en conférence de presse sous le regard amusé des journalistes présents dans la salle. Il est ainsi la preuve de la bonne ambiance qui règne au sein de cette équipe de France. [ YURI CORTEZ / AFP ]
Vendredi 6 juillet. Eliminés en quart de finale par l’Allemagne en 2014, les Bleus prennent leur revanche en écartant l’Uruguay de son chemin (2-0). Comme un symbole, Raphaël Varane, coupable sur le but de Mats Hummels au Brésil, débloque la situation d’un coup de tête avant qu’Antoine Griezmann n’ouvre définitivement les portes du dernier carré aux Tricolores sur une erreur de gardien uruguayen. [ Mladen ANTONOV / AFP ]
Mardi 10 juillet. Dans une demi-finale indécise, les Bleus remportent leur duel face aux Diables Rouges belges, tombeurs du Brésil en quart de finale, pour tutoyer le paradis (1-0). La délivrance vient de la tête de la tête de Samuel Umtiti, juste après le repos, alors que Hugo Lloris multiplie les arrêts dans la cage tricolore, offrant à la France une troisième finale de Coupe du monde en vingt ans. Aucun pays n’a fait aussi bien depuis 1998. [ CHRISTOPHE SIMON / AFP ]