Dans la tradition chrétienne, les morts sont commémorés chaque année le 2 novembre. Ce jour donne lieu à différentes célébrations à travers le monde. « El dia de los muertos » est une grande célébration festive au Mexique. Ce jour-là, les âmes des défunts reviendraient sur Terre, recevant alors des offrandes des vivants. Des plats typiques sont cuisinés tels que le pain de  « los muertos » ou la fameuse tête de mort en sucre.
Toussaint

La fête des morts à travers le monde

Dans la tradition chrétienne, les morts sont commémorés chaque année le 2 novembre. Ce jour donne lieu à différentes célébrations à travers le monde. « El dia de los muertos » est une grande célébration festive au Mexique. Ce jour-là, les âmes des défunts reviendraient sur Terre, recevant alors des offrandes des vivants. Des plats typiques sont cuisinés tels que le pain de  « los muertos » ou la fameuse tête de mort en sucre.
Dans la tradition chrétienne, les morts sont commémorés chaque année le 2 novembre. Ce jour donne lieu à différentes célébrations à travers le monde. « El dia de los muertos » est une grande célébration festive au Mexique. Ce jour-là, les âmes des défunts reviendraient sur Terre, recevant alors des offrandes des vivants. Des plats typiques sont cuisinés tels que le pain de « los muertos » ou la fameuse tête de mort en sucre. [PEDRO PARDO / AFP]
 En France et plus largement en Europe, la commémoration des morts est souvent célébrée le 1er novembre, jour de la Toussaint (fête des Saints). Elle est l’occasion pour les familles de se rendre sur les tombes de leurs proches. Ils y déposent généralement un pot de fleurs de chrysanthèmes.
En France et plus largement en Europe, la commémoration des morts est souvent célébrée le 1er novembre, jour de la Toussaint (fête des Saints). Elle est l’occasion pour les familles de se rendre sur les tombes de leurs proches. Ils y déposent généralement un pot de fleurs de chrysanthèmes. [PHILIPPE HUGUEN / AFP]
Le 2 novembre, les Haïtiens célèbrent la fête des Guédés, les esprits des morts. Les prêtres vaudou organisent des cérémonies et les participants dansent habillés de noir et de violet. Les adeptes se retrouvent autour d’une tombe sacrée sur laquelle ils crachent en fumant, buvant, et professant des obscénités.
Le 2 novembre, les Haïtiens célèbrent la fête des Guédés, les esprits des morts. Les prêtres vaudou organisent des cérémonies et les participants dansent habillés de noir et de violet. Les adeptes se retrouvent autour d’une tombe sacrée sur laquelle ils crachent en fumant, buvant, et professant des obscénités.[THONY BELIZAIRE / AFP]
A Tonacatepeque au Salvador, un défilé appelé « La Calabiuza » est organisé pour célébrer la mémoire des défunts. Les participants se peignent le visage et le corps de noir et blanc.
A Tonacatepeque au Salvador, un défilé appelé « La Calabiuza » est organisé pour célébrer la mémoire des défunts. Les participants se peignent le visage et le corps de noir et blanc.[JOSE CABEZAS / AFP]
Les cimetières connaissent une forte affluence aux Philippines à l’occasion de la fête des morts. Une veillée de 24 heures et des offrandes de fleurs et de bougies sont traditionnellement respectées par les Philippins.
Les cimetières connaissent une forte affluence aux Philippines à l’occasion de la fête des morts. Une veillée de 24 heures et des offrandes de fleurs et de bougies sont traditionnellement respectées par les Philippins. [TED ALJIBE / AFP]
Comme dans la plupart des pays d’Amérique Latine, la fête des morts est joyeuse au Guatemala. Les habitants se rendent au cimetière au son des mariachis. Les tombes sont décorées de guirlandes de couleur vive. Il est courant de pique-niquer sur les tombes ce jour-là et de faire voler de grands cerfs-volants de papier.
Comme dans la plupart des pays d’Amérique Latine, la fête des morts est joyeuse au Guatemala. Les habitants se rendent au cimetière au son des mariachis. Les tombes sont décorées de guirlandes de couleur vive. Il est courant de pique-niquer sur les tombes ce jour-là et de faire voler de grands cerfs-volants de papier. [EITAN ABRAMOVICH / AFP]