Syrie

Le temple de Baal détruit par Daesh

Depuis mai 2015, la cité antique de Palmyre est tombée entre les mains de l’organisation terroriste Etat Islamique. Le 18 août 2015, le directeur des Antiquité de la cité, Khaled al-Asaad, était décapité pour avoir refusé d’indiquer la cachette de certaines statues. Puis c’est le temple de Daal qui a subi la cruauté de Daesh. [AFP / archives]
La construction de ce temple débute en 17 après Jésus-Christ. C’est un temple dédié au dieu Baalshamin, dieu des cieux chez les phéniciens (approximativement le Liban actuel) et adulé jusqu’en Égypte et à Rome. Achevé en 32 après Jésus Christ, ce temple sera agrandi et embelli par l’empereur romain Hadrien en 130. [Joseph Eid / AFP/Archives]
Le temple de Baal, détruit par Daesh, était considéré comme l’un des vestiges hellénistiques les mieux conservés de la cité de Palmyre. [Creative Common]
L’Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a confirmé la destruction de ce monument historique par l'EI. Ces derniers voient dans les œuvres de l’ère préislamique, et notamment dans les statues, une forme d’idolâtrie qu’ils condamnent. [Rafael Medina/FlickRcc]
La "cella", sanctuaire central du temple, construit au Ier siècle, "a été détruite et des colonnes autour se sont effondrées", selon Mr. Abdulkarim, directeur directeur général des Antiquités et des musées de Syrie. [Creative Commons]