Lapsus

Les plus beaux lapsus des politiques en 2014

Le 11 février, Nathalie Kosciusko-Morizet, alors candidate UMP à la mairie de Paris, déclare sur France Info : "Je veux proposer des listes de gens honnêtes. Moi je ne cherche pas à remplacer un gland par un autre. " [Capture Youtube]
Le 6 mai sur BFMTV, le président François Hollande évoque l'affaire Leonarda (la jeune Kosovare qui avait été arrêtée devant ses camarades lors d’un déplacement scolaire avant d'être expulsée avec sa famille), mais sa langue fourche : "Cette jeune fille avait été enlevée… en tout cas arrêtée." [Capture Youtube]
Le 3 juin, Thierry Mariani, alors vice-président de l’UMP, intervient à l'Assemblée Nationale à propos du projet de loi sur la réforme pénale : "Le gouvernement entend ainsi remédier à la surpopulation carcérale […] en réduisant le nombre de députés. De détenus, pardon." [Capture Youtube]
Le 14 juillet, le président de la république François Hollande, refusant de commenter les affaires concernant Nicolas Sarkozy, déclare : "Chacun doit être certain qu’il est prisonnier… euh présumé innocent avant d'avoir été condamné." [Capture Youtube]
Pierre Moscovici évoque sa fonction exercé au poste de ministre de l’Économie et des Finances le 22 juillet sur Europe 1 : "Je me suis battu […] pour que nous sortions de la zone euro." [Capture Youtube]
Nicolas Sarkozy, en meeting à Saint-Cyr-sur-Loire (Indre-et-Loire) le 15 octobre dernier s'adresse au public : "Comme vous le savez, je suis opposé à la GPA, la gestion pour autrui." Il ne semble alors pas avoir remarqué son erreur, GPA étant le sigle pour "gestation pour autrui". [Capture Youtube]
A l'antenne de la radio RTL le 29 octobre, le premier ministre Manuel Valls affirme : "Il faut lutter contre l’emploi… euh… contre le chômage." [Capture Youtube]
Florian Philippot, vice-président du Front National, est l'invité de l'émission "PolitiqueS" sur LCP le 29 novembre. Evoquant le président d'honneur du FN, Jean-Marie Le Pen, il dit : "J'ai eu plusieurs fois l'occasion de le descendre… de le défendre." [Capture Youtube]
Lors d'une interview téléphonique pour BFMTV le 1er décembre, le député UMP Benoist Apparu fait un lapsus bien gênant après la chronique politique de la journaliste Apolline de Malherbe : "Eh bien déjà, permettez-moi de vous dire que je ne partage pas l'analyse politique d'Apolline de La Merde." Se reprenant rapidement : "de Malherbe pardon". [CC / Thomas Samson/AFP/Archives]
Le 5 septembre, Geneviève de Fontenay, alors invitée à Alger pour présider le jury de Miss Algérie, salue à la fin de la cérémonie : "Vive l'Algérie française". Si Geneviève de Fontenay ne fait pas partie du microcosme politique, sa déclaration a tout de même provoqué une mini polémique diplomatique. [Capture Youtube]