Johnny Depp, «ingérable» sur le tournage de Pirates des Caraïbes

L’acteur américain Johnny Depp aurait eu un comportement ingérable sur le tournage du dernier opus de Pirates des Caraïbes. [JOHANNES EISELE / AFP]

Les équipes techniques du dernier opus de la série de films Pirates des Caraïbes se sont livrées à des révélations montrant l’acteur Johnny Depp sous un jour sombre et ayant entraîné des retards sur le tournage. 

L’acteur star, déjà dans une spirale difficile après son divorce avec Amber Heard, des accusations de violence conjugales qui pèsent sur ses épaules, mais aussi des révélations autour de son train de vie exubérant, n’avait certainement pas besoin de ça. 

Et pourtant, selon une enquête du Hollywood Reporter, les équipes du tournage de «Pirates des Caraïbes : La vengeance du Capitaine Salazar» ont dépeint Johnny Depp comme un acteur en perdition, «ivre et ingérable». À en croire cette enquête, il aurait eu un comportement impactant fortement le tournage. 

«Spectateurs d’un bateau en plein naufrage»

Une tendance à boire qui aurait ainsi entraîné de perpétuels retards sur le tournage, occasionnant des heures de retard. Des sources proches de la production assurent que personne ne savait comment gérer la situation : «Nous étions tous d’innocents spectateurs d’un bateau en plein naufrage». À tel point que la production aurait mis en place quelques moyens spécifiques pour mieux cadrer l’acteur : «Une personne attendait toujours devant chez lui pour voir quand il se réveillait. Dès qu’il était debout, on appelait le producteur exécutif, qui à son tour appelait les réalisateurs. Ils avaient même un code pour annoncer quand il se levait : ‘l’aigle a atterri’». 

Heureusement, en dépit de ces traits de caractères, l’acteur aurait toujours, sur le plateau, fait montre d’une attitude remarquable avec les équipes, qui le dépeignent comme «charmant» et «gentil». 

«Il faut comprendre»

Interrogé par le média américain, le producteur du film, Jerry Bruckheimer, tente de trouver des circonstances atténuantes à l’acteur. «Il faut comprendre toute la pression que subissait Johnny en Australie. À certains moments, des hélicoptères le suivaient jusque chez lui. Il y avait tellement de journalistes en face de sa maison que des camionnettes restaurants venaient les nourrir. Des rumeurs couraient sur lui selon lesquelles il s’était battu sur le tournage et qu’il était rentré aux Etats-Unis, alors que nous étions dans sa caravane».  Un autre producteur, Sean Bailey, ajoute que «personne ne devrait sous-estimer la passion et l’implication qu’apporte Johnny à ce personnage et à la franchise».

«Pirates des Caraïbes : La vengeance du Capitaine Salazar» sortira en salles le 24 mai 2017 aux Etats-Unis. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles