L'incroyable collection de Pierre Tchernia aux enchères

[© DR ] Près de 350 lots seront proposées, y compris des planches extraites de BD célèbres.

Un an après la disparition de «Monsieur Cinéma», ses plus grands trésors seront dispersés le 13 octobre. Parmi les lots, deux couvertures dédicacées d'Astérix devraient atteindre des records.  

Pour plusieurs générations, il restera à jamais l’une des figures du paysage audiovisuel français. Curieux et amoureux des mots, Pierre Tchernia (1928-2016) avait participé au premier journal télévisé en 1949, contribué à la création de l’émission de reportage «Cinq Colonnes à la une», animé « L’Ami public numéro 1» puis «7e Art, 7e Case» qui deviendra «Monsieur Cinéma» et réalisé, notamment, le film «Le Viager» avec Michel Serrault, Michel Galabru, Yves Robert, Jean Carmet ou encore Gérard Depardieu. Le journaliste, réalisateur et animateur était aussi l'acolyte d'Arthur dans «Les enfants de la télé».

Si le public connaissait sa passion indéfectible pour le septième art, il apprendra peut-être, à travers cette vente aux enchères organisée par Art Richelieu, que Pierre Tchernia était aussi un grand amateur de bandes dessinées.

Un proche du binôme Uderzo-Goscinny

Le journaliste a en effet soutenu tout au long de sa vie le neuvième art «à une époque où celui-ci était simplement associé à une distraction infantile», explique la maison dans un communiqué. Pour preuve, deux couvertures exceptionnelles d’Albert Uderzo estimées chacune entre 180 000 et 200 000 euros.

Réalisée en 1964, la couverture Le Tour de Gaule d’Astérix, réalisée à l’encre de Chine, gouache et encres de couleurs, est la première du cinquième tome de la série publiée dans le cadre de la Collection Pilote. Une œuvre sublime offerte à l'homme de télé et dédicacée par Uderzo et Goscinny. En bas, à droite, on peut y lire : «A Pierre Tchernia, le modeste témoignage de sympathie en hommage à l’Esprit et à la gentillesse du grand homme de télévision».

Datant de 1968, la couverture originale du onzième tome de la série publiée par les éditions Dargaud et Lombard, Le Bouclier Arverne, est également dédicacée par Uderzo. «A Pierre, Françoise et tous les petits Tchernia avec ma très grande amitié», avait-t-il noté.

Ces planches prouvent donc l’attachement qu’avait Pierre Tchernia pour le duo Goscinny-Uderzo. «Depuis 1963, et sa rencontre avec René Goscinny, on ne compte plus ses émissions destinées à populariser Astérix, Tintin, Lucky Luke ou Disney. Puis, il écrit, produit, réalise et joue dans un nombre significatif de longs métrages : «Astérix et Cléopâtre» (1968), «Daisy Town» (1971), «La Ballade des Dalton, Mission Cléopâtre» (2002)... Sa complicité avec le tandem Goscinny-Uderzo lui a valu d'être caricaturé dans plusieurs albums d'Astérix et Gotlib l'a représenté dans sa « Rubrique-à-brac», précise par ailleurs Art Richelieu.

Un collectionneur de vinyles, affiches et autres objets originaux

Outre ces deux planches, cette riche collection regroupe des illustrations de Morris, René Pellos, Louis Forto, des cartes de vœux des studios Hergé estimées entre 800 et 1 200 euros ainsi que des éditions originales dédicacées de Tabary dont le prix de départ est fixé à 100 euros.  lot_48_0.jpg

© DR

On retrouvera aussi parmi les lots des vinyles de George Brassens ou Johnny Hallyday, des affiches de cinéma, une marionnette le représentant avec son micro, des jouets anciens et même des boîtes de sardines.

lot_202.jpg

© DR

«Il se passionnait pour les choses, issues de l’art populaire, simples mais belles, se souvient son fils Antoine Tchernia. Son intérêt pour la tôle peinte l’a poussé jusqu’à collectionner les boîtes de sardines qui, alors, étaient très décorées. Et c’est ainsi que durant plusieurs années, en famille, nous avons mangé beaucoup de conserves de sardines ouvertes par l’arrière afin de préserver intact la précieuse illustration».

Tous ces trésors sont autant d’objets que Pierre Tchernia avait récupéré au gré de ses voyages professionnels et de ses escapades familiales et que ses proches ont retrouvé dans son appartement du 17e arrondissement de Paris, après sa mort.  

Avant la vente aux enchères publique organisée le 13 octobre, à partir de 11h, dans la salle 4 de l’Hôtel Drouot, à Paris, les amateurs pourront venir admirer ces lots dans le cadre d’une exposition le 12 octobre, de 11h à 21h.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles