Pourquoi un dormeur ne s'entend-t-il pas ronfler ?

Malgré le vacarme, le cerveau ne stoppe pas le cycle du ­sommeil du ronfleur.[AFP / ARCHIVES]

Il peut atteindre jusqu’à 100 décibels, soit quasiment la limite sonore autorisée en discothèque...

Et pourtant, le propre ronflement d’un ­dormeur ne le réveille pas. Un phénomène dû à un mécanisme de protection auditive. En effet, pendant la nuit, une partie du cerveau reste attentive aux stimuli extérieurs et s’occupe – inconsciemment – de «trier» les bruits environnants.

Or, elle ne classe pas le ronflement dans la catégorie des sons annonçant un danger (à la différence d’une alarme à incendie, par exemple). Malgré le vacarme, le cerveau ne stoppe donc pas le cycle du ­sommeil.

En outre, le niveau sonore des ronflements va généralement ­crescendo avec l’âge, notamment à cause de l’affaissement des tissus de la gorge. Cette évolution progressive laisse le temps au cerveau de s’y habituer et d’être d’autant moins perturbé.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles