D'où vient l'expression «prendre la mouche» ?

Le joueur de tennis américain John McEnroe était un habitué des coups de sang sur le terrain. Le joueur de tennis américain John McEnroe était un habitué des coups de sang sur le terrain. [© Photoshot / Icon Sport]

Lorsqu’une personne se vexe facilement ou se fâche brusquement, on peut dire qu’elle «prend la mouche».

Une expression apparue au XVIIe siècle et qui, contrairement à ce que l’on pourrait penser, n’a rien à voir avec le caractère de l’insecte, mais plutôt avec le bétail.

En effet, lorsqu’une vache est piquée par un taon, elle a tendance à battre violemment de la queue pour s’en débarrasser, donnant l’impression de s’énerver.

Exportée hors du domaine agricole

Or, à l’époque, le mot «mouche» était utilisé pour désigner de nombreux insectes. On parlait ainsi de «mouche à miel» pour une abeille, de «mouche à chien» pour une tique, ou bien encore de «mouche à bœufs» pour les taons.

L’expression «prendre la mouche», avec «prendre» au sens de «subir», s’est ensuite répandue hors du domaine agricole, pour qualifier les personnes susceptibles.

© Jeff Goldblum, dans La Mouche, de David Cronenberg (1986)

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles