25 ans de Magic the Gathering : dans les secrets de l’illustratrice Magali Villeneuve

La planeswalker Chandra est l'un des personnages fétiches de l'illustratrice. [© Magali Villeneuve/Wizards of the Coast]

Magic The Gathering célèbre ses 25 ans. Créé aux Etats-Unis, le célèbre jeu de cartes à collectionner fait appel à des artistes reconnus et venus du monde entier pour illustrer chacune de ses multiples cartes. Parmi eux, des Français s'illustrent par leur talent, à l'instar de Magali Villeneuve.

Très discrète et pourtant bien connue de la communauté Magic, qui compte 20 millions de joueurs dans le monde, elle a su exercer son coup de crayon sur de nombreux personnages emblématiques de ce jeu, à l'instar de Chandra et Jace. Et la sortie mondiale ce vendredi 27 avril du nouveau set de cartes Dominaria ne lui est pas étrangère. Depuis cinq ans déjà, celle qui a notamment embelli l'édition illustrée américaine de Game of Thrones, se plaît à donner vie au monde de Magic.

flood_of_recollection_magali_villeneuve.jpg

Cette spécialiste de la Fantasy, qui «n'a jamais voulu travailler à contre-emploi», souligne-t-elle, s'est aujourd'hui imposée dans ce secteur et est rapidement devenue incontournable au sein des équipes d'illustrateurs de Wizards of the Coast, filiale d'Hasbro, éditrice des cartes.

Magic véhicule une imagerie de l'Heroic Fantasy toujours moderne.Magali Villeneuve, illustratrice.

Celle qui confie ne pas être une joueuse inconditionnelle de Magic, avoue avoir toujours été séduite par les illustrations qui habillent ce jeu. «Magic véhicule une imagerie de l'Heroic Fantasy toujours moderne, parfois en avance sur son temps, même vingt-cinq ans après sa création», explique Magali Villeneuve. «Dès que je suis devenue professionnelle, j'ai constitué mon portfolio que j'ai transmis aux équipes de Wizards aux Etats-Unis. Très rapidement, ils sont revenus vers moi».

thalia_heretic_cathar_162042_cn.jpg

La spécialité de Magali Villeneuve ? Créer des personnages. Si certains illustrateurs sont davantage choisis pour imaginer des paysages ou des sorts par exemple, la Française se voit confier le character design des protagonistes et créatures de Magic. Et lorsqu'il s'agit d'en concevoir, les personnages féminins ont souvent sa préférence. «Les femmes ont longtemps souffert dans les histoires d'Heroic Fantasy en étant présentées comme inférieures aux hommes ou devant être sauvées. Je peux donc imaginer ici des femmes fortes, à l'instar de la planeswalker Chandra. C'est un personnage que j'admirai avant de travailler pour Magic, car elle était très charismatique. C'est donc une forme de récompense pour moi que de pouvoir créer des illustrations la mettant en avant», s'enthousiasme-t-elle.

huntmaster_of_the_fells_magali_villeneuve1.jpg

En tant qu'illustratrice régulière, Magali Villeneuve est surtout entrée dans le secret des dieux chez Wizards of the Coast. Elle travaille ainsi en étroite collaboration avec les concepteurs du jeu, qui se renouvelle sans cesse au fil du temps. «Nous travaillons avec quelques années d'avance sur les sorties officielles, explique-t-elle. Pour chaque édition, un guide de 200 à 300 pages est rédigé par les équipes qui définit précisément l'univers graphique de celles-ci, afin de donner une unicité à toutes les collaborateurs qui seront amenées à travailler dessus. Tout ceci est réalisé très en amont, puisque deux à trois années sont nécessaires, auxquelles il faut parfois ajouter une année supplémentaire de finalisation».

Un travail à la fois solitaire et collaboratif

Une fois défini par les concepteurs, un directeur artistique va choisir les dessinateurs qu'il fera travailler sur le projet. Il transmet ensuite un briefing précisant la couleur dominante de la carte (cinq couleurs définissent le monde de Magic : blanc, noir, bleu, rouge et vert), sa nature (créature, éphémère, artefact, terrain, rituel), ainsi qu'un court texte descriptif. «Je peux ensuite travailler jusqu'à six semaines sur des illustrations, tout en échangeant avec le directeur artistique qui me fait pas de ses retours», précise Magali Villeneuve.

scrapper_champion_magali_villeneuve.jpg

Dessiner est un travail solitaire pour cette illustratrice qui réalise la plupart de ses dessins chez elle. «Il m'arrive de commencer certains personnages à partir d'un crayonné traditionnel, mais je travaille le plus souvent sur des logiciels de dessin. La conversion au numérique est devenu une nécessité dans mon métier en offrant plus de liberté créative», commente-t-elle. Passionnée et inspirée, Magali Villeneuve met également un point d'honneur à rencontrer ses fans, notamment lors des événements organisés en France pour la communauté. Lors d'une compétition Magic, qui s'est déroulée à Lyon en février dernier, ils étaient plusieurs centaines à venir la solliciter. Interrogés, tous admirent son style à la fois précis, élégant et fouillé, propre à faire aimer les personnages de leur jeu de carte préféré. Au-delà du dessin, Magali Villeneuve exerce sa plume dans l'écriture, puisqu'elle est également l'auteur de La Dernière Terre, une fresque d'heroic fantasy où la magie de ses dessins n'est jamais vraiment loin.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles