Childish Gambino politise (encore plus) son discours avec «This Is America»

Donald Glover chante sous le pseudonyme de Childish Gambino depuis 2011. [Capture d'écran Youtube]

Le chanteur, acteur et scénariste Donald Glover revient à la musique sous son pseudonyme Childish Gambino. Avec «This Is America», l'artiste offre une fresque dansante des violences policières subies par les afro-américains. 

Un homme s'assoit à une chaise et commence à jouer quelques notes sur sa guitare. L'air est festif. Apparaît alors Childish Gambino, torse-nu, qui se déhanche avec grâce et classe. La caméra zoome sur lui puis s'éloigne lentement. Le guitariste a laissé place à un homme cagoulé. Le chanteur sort, avec nonchalance, un pistolet de sa poche puis abat ce condamné à mort. Le coup de feu, comme un chef d'orchestre invisible, fait changer le rythme de la chanson qui devient plus sombre. «C'est ça l'Amérique», se met alors à scander Donald Grover, tout en rangeant avec soin le pistolet dans un mouchoir rouge. 

Tout cela se passe en moins d'une minute. En moins d'une minute, le rappeur californien véhicule une multitude d'émotions entre la joie, la peur et le dégoût. Il dérange. Mais avec classe. Après avoir abattu l'homme, l'artiste se met alors à danser en grimacant de manière inquiétante, rappelant des peintures et photographies issues de la période de discrimination envers les noirs appelée «Jim Crow», aux Etats-Unis.

Alors que l'oeil du spectateur est automatiquement attiré par le (beau) corps en mouvement de Childish Gambino, il ne faut pas perdre de vue ce qu'il se passe derrière lui. Car en arrière-plan, on peut voir des afro-américains se faire courser et attaquer. Si le jeune homme de 34 ans exécute avec aisance des chorégraphies à la mode, entouré par de jeunes écoliers, c'est pour mieux dénoncer notre tendance à nous focaliser sur des choses futiles (des danses stylées, notre nouveau pantalo Gucci, le nombre de followers que l'on a sur Instagram...) au lieu de voir la violence qui touche les minorités. 

Un moment de répit intervient avec une chorale de gospel... que Donald Glover assassine avec une Kalachnikov. «C'est ça l'Amérique. Qu'on ne vous surprenne pas par surprise. Regardez ce que je suis en train de faire. C'est ça l'Amérique. Qu'on ne vous surprenne pas par surprise. Regardez ce que je suis en train de faire», se remet-il à chanter. Mais, comme rattrapé par la frivolité des citoyens américains, il se remet alors à danser avec ses écoliers et lance «Je porte du Gucci/Je suis trop beau/Regaedez-moi danser». 

Il lâche alors : «C'est un téléphone/Mais c'est aussi une arme». Une référence directe au meurtre de Stephon Clark, un jeune afro-américain qui a été tué par la police, persuadée qu'il était en train de réaliser un braquage avec une arme... alors qu'il tenait simplement un Iphone dans les mains. A la fin de la vidéo, le chaos règne autour des six danseurs. Childish Gambino est ensuite vu en train de courir, effrayé, poursuivi par de nombreuses personnes qui semblent, pour la plupart, blanches. C'est ça l'Amérique !

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles