Pourquoi un échec est-il parfois appelé un «fiasco» ?

Une expression remontant au théâtre italien du XVIIe siècle.[© Crédit : Dave Winter / Icon Sport ]

Lorsque l’échec est total, on parle souvent d’un «fiasco». Un terme apparu dans le domaine du théâtre italien qui fait référence à une performance de Domenico ­Biancolelli (1636-1688), l’un des plus ­célèbres arlequins de la Commedia dell’arte.

Chaque jour, ce dernier fondait son spectacle sur un objet différent. Mais un soir, alors qu’il inter­prétait un alcoolique brandissant une bouteille recouverte de paille (une fiasque, «fiasco» en italien), son ­monologue censé faire rire a laissé les spectateurs indifférents.

L’acteur s’en est alors pris verbalement au flacon, l’accusant d’être à l’origine de son échec. En raison de la popularité de Biancolelli, la mésaventure a donné naissance à l’expression italienne «fare fiasco» (faire fiasco).

Puis Stendhal a popularisé ce terme en France dans De l’amour (1822), pour évoquer les difficultés rencontrées par les hommes impuissants.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles