Moundir : «J'aime jouer de ma notoriété au poker»

Moundir est un grand passionné de poker depuis plus de dix ans. Moundir est un grand passionné de poker depuis plus de dix ans.[carolinedarcourt_photography]

De Moundir, on connait l’aventurier et l’homme de télé, mais moins le joueur de poker, rencontré en toute simplicité, ce week-end, au Winamax Poker Open de Dublin. Une passion qui dure depuis plus de dix ans. Mais toujours avec raison.

D’où vous vient cette passion du poker ?

Elle date de 2007. J’étais chez un ami qui vit à Miami. Je regardais la télé et j’ai vu des mecs avec des chapeaux, des lunettes...On aurait dit un peu des catcheurs. J’ai trouvé ça très théâtral, ça m’a tout de suite plu. Mais je ne comprenais rien du tout aux cartes. Mon ami m’a appris les règles en cinq minutes. Et le soir même, on est parti jouer et j’ai gagné 700 dollars. J’ai trouvé ça plutôt cool et j’ai commencé à m’y intéresser un peu plus.

Quel type de joueur êtes-vous ?

Je n’ai pas la mentalité de quelqu’un qui va gaspiller beaucoup. J’ai trop la valeur de l’argent, surtout en ayant une femme et une fille. Quand j’ai commencé à jouer, on m’a appris à contrôler ses émotions, ne pas surjouer, ne pas aller au-delà de ses moyens et avoir une remise en question permanente. Et je me fixe toujours une limite à ne pas dépasser.

Qu’est-ce qui fait votre force ?

J’ai appris avec un ancien joueur professionnel en revoyant mon poker à zéro. J’analyse mieux. Je suis beaucoup plus patient, moins fougueux dans mon jeu. Le plus important, c’est de savoir analyser les gens autour de la table et avoir de la patience.

Quelle place à le poker dans votre vie ?

J’ai 45 ans et une vie de famille. J’ai toujours eu des responsabilités, mais je fais toujours la part des choses entre ma famille et le poker. Je sais que si je me prends un mauvais coup, j'aurai derrière le sourire de ma femme et de ma fille. Je suis un vrai passionné, mais le poker n’est pas ma vie. Depuis que je me suis marié, il y a beaucoup de choses qui ont changé en moi et encore plus quand j’ai eu ma fille.

«On a souvent tendance à ne pas me prendre au sérieux…»

A quelle fréquence jouez-vous ?

Ce n’est pas énorme car je travaille beaucoup entre la télé et la radio. Si je peux faire un tournoi par mois sur internet, c’est déjà très bien. Plus les tournois avec Winamax comme à Dublin pour le WPO ou l’EPT de Barcelone.

Votre notoriété est-elle un avantage ou un inconvénient autour d’une table ?

Elle est un avantage comme un inconvénient, car ma marge de bluff est très minime. Et souvent les autres joueurs autour de la table ont tendance à surjouer face à une personnalité. Ils veulent être celui qui a sorti Moundir. Mais j’aime en jouer.

 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Boom direction day2 avec 459.500k , l’histoire continue les amis ... WoW quel journée de poker ... WIP of @winamax PAWWWW

Une publication partagée par Moundir (@moundirofficiel) le

Ont-ils tendance à ne pas vous prendre au sérieux ?

Très régulièrement. Beaucoup encore cette image d’un joueur qui joue toutes les mains. Mais tant mieux pour moi. Le poker, c’est quand même de l’adaptation, savoir brouiller son adversaire. Mais au fur et à mesure, ils s’aperçoivent que je sais jouer au poker.

Comment expliquez-vous que cette image perdure ?

Il est toujours très difficile de changer la mentalité de certaines personnes. Heureusement qu'Internet et les réseaux sociaux sont là pour qu’ils puissent se défouler. Mais ça ne me dérange pas. Ça fait partie du jeu. J’ai su en faire une force. Et je me dis qu’il y a des choses plus graves dans la vie que de ne pas être aimé par des gens qu’on ne connaît pas. Je préfère voir ma fille grandir que m’attarder sur les personnes qui parlent sur moi.

Comment réagiriez-vous si, plus grande, votre fille vous dit qu’elle veut jouer au poker ?

Je lui déconseillerais. J’ai quitté Paris pour qu’elle puisse grandir dans un environnement sain. Et entre la mer et les animaux, il n’y a pas photo. Et quand je joue au poker, il est rare que je joue devant elle.

Comment arrivez-vous à concilier famille, travail et poker ?

Ce n’est évident car je suis beaucoup pris. J’habite dans le sud et je fais beaucoup d’allers-retours à Paris, mais je n’ai pas le choix. Je dois assumer ma famille et il y a un prix à payer.

Quel a été votre meilleur résultat en tournoi ?

C’était il n’y a pas très longtemps aux championnats du monde (World Series of Poker), cet été, à Las Vegas. J’ai terminé 472e sur près de 8000 joueurs. C’était quelque chose d’extraordinaire au-delà du gain (25 000 euros). Je m’étais très bien préparé, mais j’y suis allé sans pression, sans avoir touché une carte avant. J’en garderai d’excellents souvenirs en espérant en avoir encore pleins d’autres. Le graal serait de pouvoir gagner un tournoi sous les couleurs de Winamax.

Aimeriez-vous présenter une émission de poker à la télé ?

C’est justement pour très bientôt sur Winamax TV. Elle s’appellera «Top of the Moun» et elle sera diffusée tous les premiers lundis du mois. J’espère qu’elle commencera dès octobre.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles