Les 5 romans à offrir aux adolescents

La 34e édition du Salon du livre et de la jeunesse se tiendra du 28 novembre jusqu’au 3 décembre. [©PATRICK KOVARIK / AFP]

Alors que s'ouvre le Salon du livre et de la presse jeunesse à Montreuil (93), les auteurs rivalisent d'inventivité pour nourrir l'imaginaire de leur jeune lectorat. Voici un panel d’ouvrages à glisser dans le sac à dos des adolescents.

Les amours d’un fantôme en temps de guerre de nicolas de crécy

Lauréat de la deuxième édition du prix Vendredi 2018, l’auteur de bande dessiné Nicolas de Crécy a été récompensé pour son roman jeunesse Les amours d’un fantôme de guerre (éd. Albin Michel). Enrichi de dessins puissants et détaillés, cet ouvrage raconte l’histoire d’un jeune fantôme, enrôlé dans la résistance dans l’espoir de retrouver ses parents disparus lors d’une guerre des fantômes. En même temps, il se retrouve impliqué dans la Seconde Guerre mondiale des humains au cours de laquelle il tombe amoureux d’une jeune adolescente. Mais voilà, elle ne semble pas consciente de son existence et il ne parvient pas à lui déclarer sa flamme. Malgré la noirceur du propos, entre amour impossible, guerre et haine, Nicolas de Crécy livre un récit poétique et émouvant, truffé de références historiques.

les-amours-d-un-fantome-en-temps-de-guerre-1.jpg

©Albin Michel

Les amours d’un fantôme en temps de guerre, Nicolas De Crécy, dès 13 ans, éd. Albin Michel, 23€.

brexit romance de clémentine beauvais

Après ses romans à succès Petites Reines et Songe à la douceur, Clémentine Beauvais, jeune parisienne installée depuis une dizaine d’années en Angleterre, publie Brexit Romance, une comédie romantique qui s’empare d’un sujet d’actualité délicat : le divorce entre la grande Bretagne et l’Union Européenne. Son nouveau roman raconte l’histoire de Justine Dodgson, créatrice d'une start-up secrète nommée Brexit romance dont l'objectif est d'organiser des mariages blancs entre Français et Anglais, afin que ceux-ci obtiennent le passeport européen. Mais l’amour, non prévu dans ses mariages de raison, va bousculer ses plans. A travers des dialogues aussi savoureux que piquants, la romancière aborde des sujets de fond comme le féminisme, les inégalités sociales, la laïcité ou encore le racisme, en entraînant le lecteur dans des péripéties surprenantes et pleines de bon sens.

81r0wvj2yl.jpg

©Sarbacane

Brexit Romance, Clémentine Beauvais, éd. Sarbacane, dès 13 ans, 17€.

La tête sous l’eau de olivier adam

Presque vingt ans après Je vais bien ne t’en fais pas, Olivier Adam renoue avec le thème de la disparation. Dans son nouveau roman, intitulé La tête sous l’eau, l’auteur plonge les lecteurs dans une intrigue bouleversante en prêtant sa voix à Antoine, un jeune surfeur solitaire, dont la grande sœur Léa, a disparu. Sans nouvelle d'elle depuis des mois, la famille est déchirée et tente de se reconstruire jusqu’au jour où la police la retrouve.

Mais le cauchemar est loin d’être terminé. Victime d’un traumatisme, Léa refuse de dire ce qu’elle a subi, laissant ses proches et la police dans l’ignorance. Dans ce silence le plus complet, il faut faire face à ses angoisses et à ses terreurs. Tout au long de l’histoire, le lecteur a accès aux mails que Léa envoie à un destinataire inconnu, et tentent, en même temps qu’Antoine, de reconstituer le puzzle de cette nuit tragique.

81osikxkel.jpg

©Robert Laffont

La tête sous l’eau, Olivier Adam, éd. Robert Laffont, 16€.

le mot d'abel de véronique petit

Pour sa septième édition, le prix Gulli du Roman 2018 a désigné, à l’humanité, Véronique Petit comme lauréate pour son livre Le mot d’Abel (éd. Rageot). Dans le monde original de cet adolescent, chacun hérite autour de l’âge de douze ans d’un mot précieux et intime qui conditionnera le reste de son existence. En retard de quelques mois, Abel attend avec impatience la révélation de son mot et vit dans l’angoisse qu’il soit dérisoire ou ridicule. Mais un matin, une sombre affaire va également monopoliser ses pensées. Alors qu'il est formellement interdit de connaître le mot d'autrui, celui de Clara, une élève dont il est secrètement amoureux, a été tagué en lettres rouges sur un mur de l’établissement. Qui a pu commettre un tel crime ?

Du regard d’autrui, à l’indépendance, en passant par la réputation et la confiance en soi, l'auteure brosse les grands questionnements de l'adolescence tout en montrant que l’homme peut échapper au déterminisme et imaginer le monde autrement. Un roman prenant qui conviendra aussi bien aux jeunes lecteurs qu'aux adultes.

81d39tc14l.jpg

©Rageot

Le mot d’Abel, Véronique Petit, éd. Rageot, 12,90€.

 Milly Vodovic de Rugani Nastasia

Derrière la magnifique et mystérieuse couverture de Jeanne Macaigne se cache l’histoire captivante de Milly Vodovic, une jeune fille d’origine bosniaque pour qui grandir est une abomination. Pour elle, l’enfance rime avec liberté. Celle de parler aux fleurs et animaux, d’être asexué et de se construire son propre monde enchanté. Mais des phénomènes étranges se produisent autour d’elle. Alors que la ville se recouvre de coccinelles, le Mange-cœurs approche. Milly se répète que les monstres n’existent pas. L’histoire, elle, ne l’entend pas de la même manière. Mention spéciale du prix Vendredi 2018, cet ouvrage de Nastasia Rugani est un concentré d’émotions.

817tjocbnl.jpg

©MeMo

Rugani Nastasia, Milly Vodovic, éd. MeMo, 16€.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles