Les meilleurs films sur la guerre de 1914-1918

La vie dans les tranchées a inspiré les plus grands cinéastes, comme Stanley Kubrick. [Capture Youtube]

De nombreux films, épiques ou intimistes, ont traité la Première Guerre mondiale, depuis des décennies, avec plus ou moins de réussite. 

Moins cinématographique que la Seconde, et surtout moins manichéenne, la Der des Ders a quand même donné lieu à de sublimes longs-métrages, qu'ils soient le fait de réalisateurs français ou étrangers.

LES SENTIERS DE LA GLOIRE (1957) 

Impossible de ne pas commencer par «Les sentiers de la gloire». Le film de Stanley Kubrick est quasiment le mètre-étalon du genre. En vedette, le grand Kirk Douglas, alors à son apogée, et un propos qui ne glorifie pas les belligérants. Il y est quand même surtout question de traîtrise et de lâcheté. 

Disponible en vidéo

AU REVOIR LÀ-HAUT (2017) 

Le Goncourt 2013 écrit par Pierre Lemaitre a été adapté au cinéma - avec talent - par Albert Dupontel. Fidèle à sa fibre sociale, le réalisateur fait de la guerre une toile de fond et il raconte surtout le destin des gueules cassées, leur difficile retour au pays et leur inadaptation à une société qui ne veut pas - ou plus - les voir. 

Disponible en vidéo

LA CHAMBRE DES OFFICIERS (2001)

Un autre grand film consacré aux gueules cassées. Tirée d'un roman à succès de Marc Dugain, «La chambre des officiers» raconte la lente reconstruction, loin des champs de bataille, d'un gradé défiguré par un obus au début de la guerre. Une œuvre tout en finesse. 

Disponible en vidéo

MEN OF HONOR (2017)

La peur de mourir et le sens du devoir… «Men of honor», inspiré de la pièce de théâtre britannique «Journey's end», nous place à hauteur d'homme, dans des tranchées boueuses, dans des abris éclairées à la bougie. Et on se doute qu'après cette sale guerre, rien ne sera plus jamais pareil pour ces soldats traumatisés, dont certains étaient à peine sortis de l'enfance. Avec le jeune Asa Butterfield, toujours convaincant.  

Disponible en vidéo, avec des bonus tournés notamment à l'Historial de Péronne et au musée de la Grande guerre de Meaux. 

LES AILES (1927)

Un des tout premiers films consacrés au conflit. Et pour cause, «Les Ailes» est sorti à peine neuf ans après l'armistice.

Si aujourd'hui, il fait figure d'antiquité, c'est quand même un beau témoignage et surtout le premier long-métrage à avoir reçu l'oscar du meilleur film, en 1929. 

Disponible en vidéo

LA GRANDE ILLUSION (1937)

Classique parmi les classiques, «La grande illusion» est une œuvre majeure du cinéma français de l'entre-deux-guerres. Jean Gabin est lumineux, dans ce film de Jean Renoir, qui raconte la vie de prisonniers de guerre français en Allemagne. L'espoir et la camaraderie sont au cœur de cette œuvre pleine d'humour.  

Disponible en vidéo

JOYEUX NOËL (2005)

La mort rôde dans les tranchées. Mais le soir de Noël 1914, quelques mois à peine après le début du conflit, un événement incroyable - et oublié par les livres d'histoire - va se dérouler. Français et Allemands vont quitter leurs tranchées respectives et fraterniser, ce qui pouvait être assimilé à de la haute-trahison. Un film superbe qui rappelle aussi que les soldats des deux camps étaient avant tout des hommes. 

Disponible en DVD

UN LONG DIMANCHE DE FIANÇAILLES (2004)

Un conte comme seul Jean-Pierre Jeunet peut nous en proposer. «Si Manech était mort, Mathilde le saurait», se répète l'héroïne, incarnée par Audrey Tautou. Persuadé que son homme est encore en vie, elle mène l'enquête, la magie de Jeunet fait le reste, et la petite histoire rejoint la grande. 

Disponible en vidéo

CAPITAINE CONAN (1996)

A la fin de 1918, le capitaine Conan continue à se battre, loin des tranchées françaises, dans les Balkans. Au couteau, s'il le faut, avec son bataillon composé d'anciens taulards. La bataille va prendre fin, mais ces guerriers restent sur place, désœuvrés, semant le chaos.  Le retour à la normale ne se fera pas sans casse et Philippe Torreton livre une prestation hallucinante.  

Disponible en vidéo

CHEVAL DE GUERRE (2011)

Steven Spielberg est le réalisateur de plusieurs films majeurs ayant un conflit pour toile de fond («La liste de Schindler», «Il faut sauver le soldat Ryan», «L'Empire du soleil»…). Avec «Cheval de guerre», il s'attaque à 1914-1918, adoptant un angle original, à savoir le destin contrarié d'un cheval exceptionnel envoyé des deux côtés du front. Un peu larmoyant, mais la maestria de Spielberg est toujours intacte. 

Disponible en vidéo

Vous aimerez aussi

Comme chaque année, les passionnés de belles lettres se donnent rendez-vous à la Porte de Versailles, à Paris.
Editorial La semaine de Philippe Labro : des ouvrages à la pelle, des mots à la chaîne
Cinéma Aladdin se dévoile dans une sublime bande-annonce
Une distribution de macarons goût caramel popcorn attend les cinéphiles au Printemps du cinéma.
food La Maison Dalloyau s'associe aux cinémas MK2

Ailleurs sur le web

Derniers articles