De Paris à Tokyo, l’incroyable succès du manga français Radiant

Le manga français est le premier à avoir été adapté en série au Japon. [© Tony Valente/Ankama]

«J'ai trouvé cela surréaliste de bout en bout», explique Tony Valente. L'auteur français du manga Radiant, édité chez Ankama, a encore du mal à réaliser que son œuvre fait actuellement l'objet d'une série animée très réussie, produite et diffusée au Japon par le mastodonte NHK.

Diffusée également en France sur le service de vidéos en streaming ADN, pour Anime Digital Network, Radiant cristalise l'influence de la japanimation et des mangas sur toute une génération de Français. L'œuvre compte aujourd'hui parmi les quatre séries les plus suivies de la plate-forme vidéo, derrière les incontournables Boruto (suite de Naruto), Fairy Tail et One Piece.

Les aventures du jeune Seth, qui aspire à devenir un brillant magicien, pour affronter les Nemesis (des monstres venus du ciel) comptent aujourd'hui dix tomes dans les rayons mangas, ainsi qu'une dizaine d'épisodes pour la série animée venue du Japon. «La première saison de la série s'attache d'ailleurs à adapter les quatre premiers tomes, afin de garder une cohérence autour d'un arc scénaristique, même si la NHK a ajouté plusieurs éléments qu'on ne retrouve pas au sein du manga», explique Tony Valente.

Influencé par l'inévitable raz-de-marée des dessins animés japonais durant les années 1980-1990, le trentenaire Tony Valente ne s'était pourtant pas orienté vers le manga à ses débuts et s'intéressait d'abord à la BD traditionnelle franco-belge, avec la saga fantasy Les Quatre Princes de Ganahan (chez Delcourt). L'homme n'a toutefois jamais caché son admiration pour les maîtres japonais du shônen (manga pour adolescents). Et l'ampleur de l'histoire de One Piece a suffit à le convaincre de tenter sa chance dans ce secteur, avec une histoire qui lui tient à cœur.

L'éditeur Ankama lui donne alors sa chance en 2013, avec un premier tome de Radiant qui trouve rapidement son public. Le succès aidant, l'œuvre s'exporte jusqu'au Japon où elle est remarquée par plusieurs auteurs connus. «J'avais un a priori sur la mentalité des Japonais. Comme beaucoup, j'imaginais qu'ils ne s'intéressaient pas à ce qui ne vient pas de chez eux. Et pourtant, en rencontrant mes lecteurs sur place, j'ai découvert des gens curieux, qui s'étonnent aussi de savoir pourquoi je fais des mangas», souligne Tony Valente.

Tout était nouveau pour moi, puisque je n'avais aucun moyen de me référer à un prédécesseur.Tony Valente, auteur de Radiant

Ce dernier voit son travail si bien reconnu qu'il est surtout devenu cette année le premier dessinateur de «manfra» (contraction de manga-français) à voir son œuvre être adaptée en série par des Japonais. «Si la situation était suréaliste de bout en bout pour moi, il n'en demeure pas moins que tout était nouveau pour moi, puisque je n'avais aucun moyen de me référer à un prédecesseur», se souvient l'auteur. Et de poursuivre : «on m'a présenté l'équipe en charge de la production et j'étais sollicité comme consultant à différentes étapes de réalisation. Je lisais néanmoins tous les scripts, afin de m'assurer que le scénario, mais aussi la personnalité des protagonistes soient respectés. Vous verrez d'ailleurs que la deuxième partie de la série, après les dix premiers épisodes, sera beaucoup plus proche de mes mangas, afin d'en développer l'histoire».

En France, le public se montre réceptif, constate-t-on chez ADN. «Radiant est aujourd'hui en quatrième position des animés les plus suivis sur notre plate-forme. NHK l'a produit dans une logique grand public et non pas Otaku», analyse Benoît de Tauriac, directeur général d'ADN et de Kana Home Vidéo. Radiant est aussi témoin d'une nouvelle génération qui n'hésite plus à s'abonner à ce type d'offre en SVOD, tandis que les parents, issus de la génération Club Dorothée, découvrent les nouveautés avec leurs enfants, sans a priori. En 2018, ADN a cumulé plus de 80 millions de vue. Selon un récent sondage Ifop pour ADN, quatre Français sur dix (âgés de 18 ans et plus) regardent de l'animation japonaise.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles