Creed II : l'heure de la véritable passation entre Sylvester Stallone et Michael B. Jordan

Rocky Balboa et Adonis Creed se retrouvent une nouvelle fois dans cet opus. Rocky Balboa et Adonis Creed se retrouvent une nouvelle fois dans cet opus. [Copyright 2018 Metro-Goldwyn-Mayer Pictures Inc. and Warner Bros]

La sortie de «Creed II», mercredi dans les salles françaises, doit normalement marquer la fin de Sylvester Stallone dans le rôle de Rocky.

C’est l’histoire d’un attachement viscéral. Sylvester Stallone, on le sait, est profondément attaché à son personnage de Rocky qu’il a créé en 1976. Le problème, c’est qu’il ne parvient pas à clôturer cette histoire.

En 2006, Stallone avait tenté d’offrir une fin à Rocky avec un sixième rendez-vous nommé «Rocky Balboa» - bien meilleur que le Rocky 5 amer sorti seize ans plus tôt -, dans lequel il prouvait qu’il était encore capable de combattre. Mais finalement, il a craqué et a décidé de revenir aux affaires en devenant coach du fils de son ancien meilleur ennemi avec la sortie, en 2015, de «Creed : l’héritage de Rocky Balboa».

Retrouvailles entre Rocky et Drago

On le voyait ainsi entraîner Adonis Creed, fils d’Apollo. Un film qui avait fait un carton tant la complicité entre Michael B. Jordan et Sylvester Stallone avait fonctionné. Un carton au box-office qui appelait évidemment une suite.

Mais ce deuxième opus de «Creed» sera, a priori, le dernier pour «Sly» qui a annoncé son «dernier tour de piste» en novembre dernier. «Même si cela me brise le coeur, tout a une fin, a expliqué l’Américain âgé de 72 ans. Rocky ne mourra jamais parce qu’il vit en vous.»

Dans cette suite du cultissime «Rocky IV» sorti en 1985, Adonis est donc devenu champion du monde de boxe. Mais un outsider convoite son titre. Son nom : Viktor Drago, fils d’Ivan – l’occasion de revoir Dolph Lundgren et son légendaire «I must break you» («Je vais te briser») qui avait tué Apollo Creed, trente ans plus tôt.  

Le film prend donc une tournure de revanche, Rocky ne voulant pas que l’histoire se répète. S’il y a bien une continuité du premier opus «Creed», avec beaucoup d’émotion, la nostalgie des retrouvailles entre Rocky et Drago fera grand plaisir aux fans de la première heure.

Une chose est certaine, sauf retournement de situation, « Creed II » devrait donc être une véritable passation entre Sylvester Stallone et Michael B. Jordan. En cas de suite, le deuxième devrait se retrouver seul et devra prendre son envol.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles