Pourquoi le «tiercé» s'appelle-t-il ainsi ?

Un jeu qui vise à parier sur les trois premiers chevaux passant la ligne d'arrivée. [© T. Camus/AP/Sipa]

Consistant à parier sur les trois premiers chevaux d’une course, le «tiercé» a vu le jour dans les années 1950.

C’est son créateur, André ­Carrus, alors directeur du Pari mutuel ­urbain (PMU), qui lui a donné son nom. Jusque-là, seuls les paris simples (le gagnant) et doubles (les deux premiers arrivés) existaient. Il a alors eu l’idée de faire miser les joueurs sur le trio gagnant.

Carrus avait d’abord ­logiquement pensé au nom de «tierce». Puis, lors d’un déjeuner ­familial (ses deux fils travaillaient avec lui), l’employée de maison venue servir le café aurait été consultée sur cette appellation. Espagnole, elle aurait alors parlé – avec son ­accent – de «tiercé».

André Carrus a gardé ce nom, et le premier pari de ce type a eu lieu en 1954, lors d’une course à l’hippodrome d’Enghien. Face au succès rencontré par ce nouveau jeu, le quarté (1976) et le quinté (1989) ont suivi.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles