Converse, Puma, Stan Smith, Air Jordan : les baskets mythiques en 4 anecdotes

Les Converse All-Star Chuck Taylor. Les Converse All-Star Chuck Taylor. [MARIO TAMA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Dans un placard ou à nos pieds, les baskets ont envahi notre quotidien en quelques décennies. Pierre Demoux, auteur du livre «L'Odyssée de la basket», nous raconte quatre anecdotes drôles et surprenantes sur celles qui ont marqué l'histoire, comme la Converse Chuck Taylor All Star, Puma et Adidas, Stan Smith ou encore la Nike Air Jordan.

la converse chuck taylor all star

Pierre Demoux : «Chuck Taylor avait un double rôle, en plus d'être basketteur, il était vendeur auprès de Converse et faisait la promotion de la chaussure All Star à travers des camps d'entraînement qu'il organisait partout aux Etats-Unis. Son nom a fini par être associé à la chaussure. Ce qui est marrant, c'est qu'au lieu de demander un pourcentage sur les ventes, il avait préféré réclamer à Converse qu'on lui offre régulièrement une voiture neuve et qu'on couvre tous ses frais de grand voyageur.»

puma et adidas

Pierre Demoux : «Après la Seconde Guerre mondiale, Adolf et Rudolf Dassler créent chacun de leur côté Adidas et Puma. Ils installent chacun leur entreprise d'un côté de la rivière qui sépare leur petite ville et pendant des années se déroule une guerre fratricide entre les deux. C'était mal vu d'aller travailler chez Adidas quand on venait de chez Puma, et inversement. La ville était aussi divisée en deux, chaque entreprise sponsorisait sa propre équipe de football et certains bars refusaient de servir des bières qui appartenaient au mauvais camp.»

adidas_ruun_dmc.jpg

En 1986, le groupe de rap américain Run DMC dévoile le titre «My Adidas» en l'honneur des Adidas Superstar. © DR

la stan smith

Pierre Demoux : «Au départ, cette chaussure ne s'appellait pas Stan Smith mais Robert Haillet. C'était le numéro un français de tennis dans les années 1950. C'est seulement en 1971 qu'Adidas décide de l'appeller Stan Smith. Sauf que les deux noms vont finalement cohabiter sur la chaussure durant quelques années. Les distributeurs américains ne voulaient pas perdre le nom de Robert Haillet qui était synonyme de qualité. Le nom Robert Haillet est donc mis sur le côté et le portrait de Stan Smith sur la languette. Il manquait d'ailleurs sa moustache, il explique qu'il n'y a eu qu'une seule période de six mois durant laquelle il l'avait rasée et que c'est à ce moment là qu'ils ont pris la photo.»

la nike air jordan

nike_jordan_spike_lee.jpg

© DR

Pierre Demoux : «Michael Jordan n'aimait pas du tout les couleurs rouge et noir du premier modèle, la Air Jordan 1, une des paires les plus célèbres de l'histoire du basket. La NBA avait aussi décidé d'interdire cette paire car elle présentait trop de couleurs. Jordan risquait une amende de 5.000 dollars par match s'il continuait à les porter, mais Nike a réagi en payant les amendes, puis ils ont organisé une grande campagne publicitaire avec le slogan : 'Banni par la NBA'. Résultat, cela a permis de faire une publicité énorme et inattendue pour Nike et le modèle. Pour les jeunes, c'était devenu la chaussure des rebelles.»

L'Odyssée de la basket, 160 pages, 19 €.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles