Eurovision : en raison d'une erreur, Bilal Hassani perd finalement deux places

Bilal Hassani, entouré de ses danseuses lors de la grande finale. [Jack GUEZ / AFP]

Un coup dur pour Bilal Hassani. En raison d’une erreur du jury biélorusse, un nouveau classement de l’édition 2019 de l’Eurovision a dû être établi, reléguant le chanteur français à la 16e place, au lieu de la 14e.

C’est par la voie d’un communiqué que l’UER (Union européenne de radio-télévision), l’organisation qui gère le concours de chant, a longuement expliqué les raisons de cette erreur et annoncé le classement final. 

«Le jury professionnel de la Biélorussie a été démis de ses fonctions suite à la révélation de ses votes lors de la première demi-finale, ce qui est contraire aux règles» de l'Eurovision, indique l’UER. Se conformant au règlement en vigueur, l’UER a donc dû «créer un résultat de substitution – calculé sur la base des résultats d’autres pays affichant des résultats de vote similaires […] afin de déterminer les votes du jury biélorusse pour la grande finale».

Sauf qu’une erreur humaine a été commise lors de ce processus, occasionnant un résultat final erroné. C’est ainsi qu’un nouveau classement a dû être établi. «Cela n’a eu aucun impact sur le calcul des points du public des 41 pays participants. Le gagnant ainsi que le top 4 des chansons du concours restent inchangées», souligne l’organisme.

Deux places de perdues

Pour d’autres en revanche, et notamment Bilal Hassani, l’erreur a eu une véritable incidence. Le candidat de la France a ainsi perdu deux points, chutant à la 16e place du concours.

Pour l’heure, l’artiste n’a pas encore réagi. Nul doute qu'il prendra la nouvelle de manière positive. Peu après le concours, Bilal Hassani ne s'était pas dit déçu par le résultat. «Je ne m'attendais ni à être premier, ni dernier, ni quatorzième, ni treizième. Je n'avais aucune idée en tête, je n'avais pas d'attente, que cela soit haute ou basse. Donc je ne suis pas déçu, je me suis retrouvé où je devais être être», avait-il confié à nos confrères du Parisien. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles