Nice : Un rappeur lance un clip contre les violences subies par la police

Le rappeur, au centre, est accompagné des fonctionnaires et habitants du quartier ayant participé au tournage. [Capture d'écran Twitter @kaotik747]

Le rappeur niçois Kaotik 747 a tourné le 10 juillet dernier un clip afin de dénoncer les violences que subissent quotidiennement les policiers et les pompiers. La vidéo, baptisée #Projet18, sera dévoilée sur Youtube et Spotify à la fin du mois d’août.

Le tournage a eu lieu dans le quartier nord de Nice, Las Planas, et a impliqué de vrais policiers, pompiers et urgentistes jouant leurs propres rôles, avec véhicules et uniformes. De jeunes habitants du quartier avaient également été conviés.

En France, c’est la première fois qu’un clip de rap rassemble les forces de l’ordre et les services de secours. L’artiste engagé désire que ce clip fasse évoluer les mentalités ou suscite même des vocations. Comme il l’explique à France Bleu, présent sur le tournage, «si à la fin de la journée, un jeune se découvre une vocation d’acteur, de pompier, de policier, je rêve peut-être, mais le projet sera alors un succès».

«Sans arme, ni haine, ni violence»

«Sans arme, ni haine, ni violence» est le titre de l’EP, sorti en juin dernier. Dans ce single, le musicien met en paroles un drame : ignorant que les urgentistes venaient sauver son père, victime d’un malaise cardiaque, un jeune homme caillasse un camion du SAMU, un acte irréfléchi qui s'avèrera fatal pour son père.

Le rappeur Karim Bouchagour, de son vrai nom, a confié à Nice Matin que l’origine de ce projet était née à la suite d’un appel à l’aide de son ami pompier qui venait de subir une agression. «Il m’a dit : mets-nous en avant».

Un clip bien accueilli

Celui qui avait déjà dévoilé en 2017 un clip sur les violences conjugales, précise que ce nouveau projet est un «hommage à ceux qui veillent sur nous et nos enfants. Il a été validé par les jeunes de quartiers».

Alors que ce clip financé par la municipalité niçoise, Kaotik 747 a indiqué vouloir reverser «50% des bénéfices Youtube à des associations œuvrant pour des enfants reconnus pupilles de la Nation, ces enfants dont les parents ont disparu lors de missions de service public».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles