«Between two ferns» : un délire satirique devenu un phénomène médiatique aux États-Unis

Le film adapté de l’émission satirique «Between two ferns» sera disponible à partir du 20 septembre sur Netflix.[© capture d'écran Youtube/Netflix]

Émission satirique lancée sur le site Funnyordie.com en 2008, et animée par l’acteur Zach Galifianikis, «Between two Ferns» (Entre deux fougères, en VF) est devenue un phénomène médiatique cumulant des dizaines de millions de vues sur Internet. Un succès qui a convaincu Netflix d’en faire un long métrage, tout aussi délirant.

Le film sera mis en ligne dès le 20 septembre sur la plateforme de streaming. L’histoire suit Zach Galifiniakis qui, après avoir manqué de peu de noyer le comédien Matthew McConaughey, se voit contraint de mener une série d’interview avec plusieurs personnalités - Keanu Reeves, Will Ferrell, Peter Dinklage, Benedict Cumberbatch, Brie Larson, Tiffany Haddish, Rashida Jones, Chrissy Teigen, ou encore David Lettermann - afin de redorer son image. Mais son incompétence, et son impolitesse légendaire (entre autres défauts), vont forcément se mettre au travers de son chemin vers la respectabilité.

Très peu connue en France, cette émission satirique a réussi à s’imposer comme un objet de culte sur la Toile américaine. Zach Galifianikis y joue son propre rôle et mène une interview décalée avec des stars hollywoodiennes. L’humour se joue principalement sur le malaise provoqué par les questions complètement déplacées posées par la star de «Very Bad Trip», et les réactions (faussement) désabusées et/ou outrées de ses invitées.

Vu plus de 17,5 millions de fois sur Youtube, l'épisode avec Brad Pitt (dont le nom est déformé en 'Bart Pit') voit Zach Galifiniakis enchaîner les provocations, notamment quand il lui demande s’il peut emprunter son sperme, lui laisse entendre que sa femme (à l’époque), Angelina Jolie, est plus célèbre que lui, ou quand il fait une référence à Jennifer Aniston avant de presser un bouton jouant le générique de «Friends».

Il n’était pas évident de prédire un tel succès au moment du lancement de «Between two ferns» en 2008, avec Michael Cera en tant que premier invité. L’idée de Zach Galifiniakis et de Scott Auckerman (qui réalise le film, ndlr) était de réaliser une émission prenant le contre-pied des interviews réalisées par les stars pendant leur promotion. «Nous voulions nous moquer des journalistes obséquieux qui embrassent la machine qu’est Hollywood », expliquait Zach Galifiniakis dans une interview au site Entertainment Weekly en 2009.

Si une partie de ces vidéos suit un scénario, une large portion est également laissée à l’improvisation. Et le film n’échappe pas à la règle. «C’est un film avec beaucoup d’improvisation», concède Scott Auckerman au site Vulture.com. «Si quelque chose nous plaisait dans une improvisation réalisée par un acteur, toute l’équipe de production s’arrangeait pour que la scène soit filmée en fonction de cette improvisation», ajoute-t-il.

Plus de 11 ans après son lancement, «Between two ferns», qui a également accueilli Barack Obama et Hilary Clinton – le premier en 2014 pour parler de sa réforme de la sécurité sociale…

… et la seconde au moment de l’élection présidentielle de 2016…

… débarque en version longue sur Netflix sous la forme d’une comédie déjantée pouvant compter sur la présence de nombreuses stars. Selon Scott Auckerman, «Between two ferns» pourrait même devenir une franchise cinématographique, avec neuf films séparés sur trois trilogie. «Comme Star Wars. Et nous finirons par faire un sequel avec Zach quand il n’était qu’un enfant. S’il existe des enfants de 8 ans à grosse barbe, bien évidemment», s’amuse-t-il dans Vulture.com.

À suivre aussi

Télévision Netflix : le film d'animation «La légende de Klaus» disponible gratuitement ce week-end
Miss France Miss France 2020 : les 30 candidates
pop culture Star Wars : dans quel ordre chronologique faut-il regarder les films et séries dérivées ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles