La série «L’Effondrement» imagine des citoyens face à une crise majeure

Thibault de Montalembert joue le rôle principal dans un épisode de la série d’anthologie «L’Effondrement». [CANAL+/William Dupuy]

Série d’anthologie en huit épisodes, «L’Effondrement» suit des individus se trouvant face à un monde à l’agonie où leur propre survie – et celle des autres – est en jeu.

Ces huit histoires, dont la durée varie entre 15 et 26 minutes, racontent un instant dans la vie de citoyens français au moment où ils se retrouvent confrontés aux prémices d’une crise majeure entraînant des pénuries énergétiques et alimentaires à la chaîne. Sans que son ampleur exacte ne soit véritablement explicite.

Supermarché aux rayons qui se vident, station-service en manque d’essence, riche homme d’affaires engagé dans une course contre-la-montre pour prendre la fuite par avion à la faveur d’une police d’assurance exceptionnelle... chaque tableau présente une situation particulière, avec parfois des personnages amenés à se croiser – de manière fortuite – d’un épisode à l’autre. Peu d’entre eux étaient préparés à l’effondrement de la société. Certains refusent encore d’y croire. Mais tous finissent par être frappés par la réalité tel un uppercut en plein visage au moment où ils prennent conscience du délitement de la société.

Développée par le collectif Les Parasites, «L’Effondrement» brille par l’originalité de sa réalisation – nerveuse, caméra au poing – et les scénarios post-apocalyptiques qui y sont dépeints. On est rapidement happé par le devenir des protagonistes qui luttent tant bien que mal pour assurer leur survie. Même si, parfois, celle-ci doit s’obtenir au détriment d’autrui.

La mise en image d’une société en perdition, qui ignore encore que le pire est à venir, et qui se retrouve contraint de faire face à une réalité qui la dépasse, possède quelque chose à la fois d’effrayant et de fascinant. Tant les situations font écho à des cas de figure déjà imaginés par une partie de la communauté scientifique, et autres associations écologiques, quant aux conséquences possibles d’un monde surexploité, surconsommé, courant à sa perte.

On se réjouit également de voir plusieurs visages connus au casting, notamment Audrey Fleurot (Intouchables) et Thibault de Montalembert (Dix pour cent). Une série coup de poing qui ne manquera pas d’être railler par certains, et aduler par d’autres.

«L’Effondrement» , à découvrir sur myCANAL à partir du 11 novembre.

À suivre aussi

Télévision Le président ukrainien se moque de la Russie après l'annulation soudaine de sa série télévisée
Télévision «Generation» la nouvelle série de Lena Dunham commandée par HBO, «Alta Mar» renouvelée... Les 3 infos TV
Riad Sattouf continue l'adaptation télévisée de ses formidables «Cahiers d'Esther»
BD Riad Sattouf annonce avec humour la saison 2 de l'adaptation TV de ses «Cahiers d'Esther»

Ailleurs sur le web

Derniers articles