«Le chant du loup» : l'exceptionnel thriller est à voir sur Canal+

[2019 Pathé / Trésor Films / Chi-Fou-Mi Productions / Les Productions Jouror]

Canal+diffusera «Le chant du loup», le tout premier et excellent film d’Adel Lanzac alias Antonin Baudry le vendredi 13 décembre à 21h.

Surnommé l'Oreille d'Or, Chanteraide est un surdoué de l’acoustique capable d’identifier le moindre bruit sous la mer. En mission dans un sous-marin nucléaire, c’est sur lui que repose les décisions stratégiques. Alors qu’il se trouve en mission dans les eaux syriennes, il commet une erreur qui entraîne de graves conséquences et met en péril ses compagnons d’arme…

Thriller extrêmement réaliste et dont le suspense et les scènes d’actions n’ont rien à envier aux productions américaines (en particulier les films cultes du genre comme «A la poursuite d’octobre Rouge» ou «USS Alabama»), «Le chant du loup» est servi par d’excellents acteurs qui livrent tous une admirable performance : François Civil, Omar Sy, Reda Kateb,  Matthieu Kassovitz, ou encore Paula Beer...

Ancien diplomate français et auteur de la bande dessinée primée «Quai d’Orsay» qui a servi de point de départ au film de Bertrand Tavernier, le réalisateur Antonin Baudry - pour qui il s’agit là du premier long-métrage - a choisi de se placer du point de vue du héros opérateur sonar incarné par François Civil.

Une profession qui a éveillé sa curiosité lors d’une visite à bord d’un sous-marin « J’étais dans la salle des commandes, et on entendait toute sorte de bruits : la mer au loin, des sonars, des machines… Tout le monde parlait, sauf un type, seul dans son coin. J’ai demandé pourquoi et on m’a expliqué qu’il ne fallait pas le déranger, qu’il était l’oreille d’or du sous-marin. Et bien sûr, dès qu’il a terminé son quart de travail, je l’ai bombardé de questions », se souvient-il selon les propos cités par ledevoir.com. « Le scénario a pris forme autour de l’oreille d’or, mais aussi autour de tout cet univers parallèle. C’est un monde en soi : dans un sous-marin, on ne peut pas se cacher derrière un masque ; pas pendant plus de deux mois en mer avec le même petit groupe de personnes. C’était une histoire sur ces hommes, à hauteur d’homme» a-t-il poursuivi d'expliquer.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles