Rio 2016 : les Ethiopiens en colère contre «Robel la baleine»

Le sportif, arborant un léger embonpoint, n’a pas spécialement brillé lors de la compétition.[Capture d'écran]

Engagé en qualifications du 100m nage libre, le nageur éthiopien Robel Kiros Habte a, par son profil atypique, conquis la foule. On ne peut pas en dire autant de ses compatriotes.

Il faut dire que le sportif, arborant un léger embonpoint, n’a pas spécialement brillé lors de la compétition, terminant troisième sur trois, avec 10 secondes de retard sur les autres. Si de nombreux internautes ont vu en lui un nouvel Eric Moussambani, le Guinéen sachant à peine nager et auteur d’une performance mythique aux Jeux Olympiques de Sydney, les Ethiopiens, eux, ont fait la grimace.

En cause la parenté du nageur, qui s’avère être le fils du président de la fédération éthiopienne de natation, Kiros Habte. Des liens qui ont évidemment fait pointer des soupçons de favoritisme. Face à tant d’injustice, les Ethiopiens ont ainsi décidé de bouder la participation du sportif lors des JO.

A lire aussi : Rio 2016 : le regard noir de Michael Phelps détourné sur Internet

Affirmant que la présence du fils du président de la fédé était une «honte» pour le pays, ils n’ont pas hésité à surnommer le jeune homme «Robel la baleine», référence à ses kilos en trop. Son père, Kiros Habte, ne s’est toutefois pas ému de cette polémique et a répondu à ses détracteurs à la radio éthiopien. «Nous ne visions aucun résultat, nous avons simplement voulu participer, c’est tout.»

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles