Les alliances agitent les constructeurs automobiles réunis à Genève

Les alliances entre constructeurs automobiles sont au coeur des discussions du secteur, réuni mardi à Genève et qui espère ainsi trouver une parade à la difficile situation économique en Europe.[AFP]

Les alliances entre constructeurs automobiles sont au coeur des discussions du secteur, réuni mardi à Genève et qui espère ainsi trouver une parade à la difficile situation économique en Europe.

L'alliance annoncée la semaine dernière entre PSA Peugeot Citroën et l'américain General Motors a connu mardi une nouvelle étape avec le lancement d'une augmentation de capital d'environ un milliard d'euros. Cette opération permettra à GM de prendre 7% du français et à ce dernier de financer de nouveaux projets.

Elle ne règle pas en revanche leurs problèmes de surcapacités de production en Europe, qui devraient encore se renforcer alors que le marché est attendu en baisse cette année. PSA se donne "18 à 24 mois" pour les résoudre, a fait savoir son directeur industriel Denis Martin.

"Le problème est la demande" en Europe de l'Ouest, a confirmé Sergio Marchionne, patron de l'alliance Fiat-Chrysler. Le groupe italien "reste ouvert" à toute alliance dans le monde, a d'ailleurs fait savoir M. Marchionne.

Il a indiqué qu'il rencontrerait mercredi le PDG de l'alliance Renault-Nissan, Carlos Ghosn, soulignant que "Renault (était) techniquement compatible avec Fiat".

Pas de mariage en vue en revanche pour le suédois Saab, déclaré en faillite en décembre dernier. "Nous n'avons fait aucune proposition à Saab", a déclaré à l'AFP le patron du constructeur automobile indien Tata Motors, démentant des informations de presse.

Pour le numéro un européen, Volkswagen, il n'est pas non plus question de mariage. Le constructeur allemand veut s'appuyer sur les marchés émergents (Russie, Chine, Inde, Amérique du Sud) mais aussi sur les Etats-Unis pour résister à la crise européenne.

"L'Europe doit certainement être évaluée de manière très critique", pas tant l'Allemagne qui continue d'afficher une croissance du marché automobile, "mais plutôt les pays d'Europe du Sud" malmenés par la crise des dettes publiques, a indiqué lundi soir son patron Martin Winterkorn.

Le groupe espère néanmoins réaliser cette année le résultat record atteint en 2011, a-t-il précisé.

Le géant japonais Toyota se montre aussi pessimiste concernant le marché de l'Europe de l'Ouest, qu'il voit également en recul de 5% cette année.

"Nous sommes très prudents (...) car nous pensons qu'il y a une grave crise de confiance des clients en Europe", a déclaré son responsable pour la région, Didier Leroy. De plus, "la situation est pire que prévu en janvier et en février", a-t-il averti.

Les constructeurs peuvent en revanche s'appuyer sur les perspectives favorables attendues dans le reste du monde, et particulièrement dans les pays émergents où l'appétit pour la voiture ne se dément pas.

"Le marché automobile a bien répondu. Les gens ont acheté des voitures en 2005, 2006 et 2007 et s'apprêtent à remplacer leur véhicule. La situation a l'air prometteuse" en Amérique du Nord, a ainsi estimé le vice-président de GM, Stephen Girsky.

Il rejoint lui aussi les autres constructeurs sur les perspectives moroses en Europe, à l'exception de la Russie. "L'environnement économique demeure difficile. Il y a quelques signes positifs en provenance de Russie" mais l'incertitude demeure sur l'ensemble du continent, a ajouté M. Girsky.

Quant au français Renault, "nous restons sur une prévision de -3 à -4% sur le marché européen pour l'année", a fait savoir son PDG, M. Ghosn, dans une interview à l'AFP TV.

Au niveau mondial en revanche, la croissance du secteur automobile devrait se poursuivre et atteindre 4%, selon la fédération allemande du secteur, la VDA, grâce au dynamisme du marché américain, de la Chine mais aussi du Japon.

Vous aimerez aussi

Royal wedding Contrairement à Kate et William, Meghan et Harry ont échangé des alliances
alliance Le SPD allemand approuve le principe d'une coalition avec Merkel
Belle histoire Un magasin Leroy-Merlin retrouve et restitue une alliance perdue il y a dix-huit ans

Ailleurs sur le web

Derniers articles