Zone euro: croissance 2011 revue en baisse à 1,4%

La croissance économique de la zone euro s'est établie à 1,4% en 2011, selon une deuxième estimation publiée mardi par l'agence européenne de statistiques Eurostat, revue à la baisse par rapport à une précédente évaluation de 1,5%.[AFP/Archives]

La croissance économique de la zone euro s'est établie à 1,4% en 2011, selon une deuxième estimation publiée mardi par l'agence européenne de statistiques Eurostat, revue à la baisse par rapport à une précédente évaluation de 1,5%.

Au quatrième trimestre 2011, le Produit intérieur brut de la zone euro a enregistré une contraction de 0,3% comparé au trimestre précédent, un chiffre inchangé par rapport à l'estimation précédente.

Au troisième trimestre, le taux de croissance avait été de 0,1% selon Eurostat, qui avait dans un premier temps annoncé une progression du PIB de 0,2%.

Par rapport au quatrième trimestre 2010, le PIB corrigé des variations saisonnières a augmenté de 0,7% dans la zone euro.

La baisse du PIB enregistrée au 4e trimestre laisse augurer la possibilité d'un deuxième épisode de récession en trois ans dans la zone euro si le 1er trimestre 2012 se termine par un nouveau recul: la récession se définit en effet par deux trimestres consécutifs de contraction de l'activité.

Le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires Olli Rehn a estimé mardi à Paris que la zone euro traversait de fait actuellement une "récession modérée".

Par comparaison, le PIB des Etats-Unis a augmenté de 0,7% au quatrième trimestre et de 1,7% sur l'ensemble de l'année 2011. Au Japon, le PIB a baissé de 0,6% au quatrième trimestre et de 0,9% sur l'ensemble de 2011.

Dans le détail, l'ensemble des principales composantes du PIB ont enregistré de mauvaises performances au 4e trimestre en zone euro, à commencer par la consommation des ménages, qui a reculé de 0,4% après une hausse de 0,3% au trimestre précédent.

Les investissements ont diminué de 0,7%, et le commerce extérieur a vu à la fois une baisse des importations (-1,2%) et des exportations (-0,4%).

Parmi les pays pour lesquels des données sont disponibles, seuls trois au sein de la zone euro ont enregistré de la croissance au quatrième trimestre: la Slovaquie (+0,9%), la France (+0,2%) et la Finlande (+0,1%), tandis que Chypre a connu une croissance nulle.

Les plus forts reculs du PIB ont été enregistrés au Portugal (-1,3%), en Estonie (-0,8%), en Italie et aux Pays-Bas (-0,7% chacun). L'Allemagne a vu son PIB reculer de 0,2%, comme la Belgique, et l'Espagne de 0,3%.

Dans l'ensemble de l'Union européenne, le PIB a diminué de 0,3% au quatrième trimestre et progressé de 1,5% sur l'ensemble de l'année.

Vous aimerez aussi

L'Insee publiera mercredi sa première estimation de la croissance française en 2018, attendue en nette baisse par rapport au chiffre de 2017 [THOMAS SAMSON / AFP/Archives]
Économie La croissance freine à 1,5% en 2018
Parmi les 20 grands pôles urbains qui comptent 300.000 habitants ou plus en 2016, douze ont vu leur croissance augmenter.
INSEE La France comptait 66.362.000 habitants au 1er janvier 2016
Croissance française [AFP / AFP]
Économie La croissance moins forte que prévu au 4e trimestre

Ailleurs sur le web

Derniers articles